22. janv., 2016

Road Trip - Nova Scotia 12

Jour 12

Enfin on est arrivé au Cap Breton, mon préféré au début de ce périple, mon but ultime … La pluie a arrêter de tomber, il reste seulement la brume du matin. On est de bonheur en route vers la fin du village ou un petit pont en bois nous amène sur une ile paradisiaque.

Sur le chemin de terre battu on avance en tranquillité. Ici comme ailleurs en Nouvelle Ecosse, les vaches son libre. Chose différent, elles vivent sauvages sur le champ vert. Des familles se forment. On est impressionné. Le bœuf protège la vache qui nourrit son petit. Humain …

Le ruban de l’eau qui nous sépare du continent est comme un miroir, maisons et église génère des reflets rosées au crépuscule, le Soleil se remarque à l’horizon. A la fin du chemin entre les récoltes, un phare. Comme toujours blanc et rouge. Fascinées on se retourne vers le village et on commence le grande voyage dans Cabot Treil. Sur la route sinueuse les points d’arrêt s’insinue délicat après chaque courbe. On est avantagées, on a l’occasion de faire ce trajet tour retour vers Sydney, on manque rien de cette beauté. Les images nous restent imprimer sur la rétine pour toujours. Les plages escarpées, les vagues avec leurs mousses blanches, les voiliers solitaire sur l’océan bleu, des bateaux de pêche, des phares. Difficile à décrire dans quelques mots ce paysage splendide.

A Cap Smokey on se fait un chemin entre les buissons de bluettes, pour arriver au bord de l’abrupte falaise et admirer l’étendue incommensurable de l’océan. Loin on s’imagine l’Europe.

Au nord de l’Ile Cap-Breton on retrouve un petit village Meat Cove. Il se niche au creux de montagnes, ses falaises d’ardoise plongent dans l’eau, on est à la fin du monde. On est sur une plage parsemée de pierres ronde rosée, on lève la tête, la roche noir un peu lustrée nous donne de vertiges elle est plus que immense, elle est impressionnante.

Des aigles survolent la forêt dense et marécageuse, ils plongeant comme de flèches vers l’eau presque noire.

On reste dans ce paradis terrestre jusqu’à la tombée de la noirceur. Le retour est difficile. Demain on quitte la Nouvelle Ecosse.

Va suivre …