Mes mots

8. mai, 2017

Obligés à poursuivre leur route proche des côtes pendant la nuit, le brouillard ou la tempêtes, les navigateurs ont besoin de repères.

De l’antiquité déjà les récifs, bancs de sable ou falaises était signaler à l’aide de lumière. Les plus connus sont les phares d’Alexandrie et le Colosse de Rhodes.

De nos jours des multiples engins signale l’approche de la terre : balises, bouées, phares.

L’histoire de la construction des phares est vaste. Partout sur la Terre là où il y a de la mère il y a des phares. Ils ont étaient construits la plus parte de dizaines et même centaines d’années en arrière, des merveilles architecturaux élevés souvent avec des peines infinis.

Construire un phare est particulièrement compliquer, faire sa fondation sur de sable, boue ou même roches séculaires n’est pas évident. Et, il ne faut pas oublier les vagues puissants qui frappent continuellement sans cesse. Voilà comme un phare était construit il y a une centaine d’années.

La fondation repose sur un grillage de poutres en bois, placées sur des poteaux enterré bien dans le sable; le poids du phare est transmis au rocher sous – jacent. Ailleurs sont utilisées des cloches d’acier pneumatique qui descend sous l’eau avec les constructeurs qui, enfoncent la fondation du phare dans le sable. La fondation peut attendre parfois 16 m de profondeur. Le tour érigé sur cette base est composé de chambres superposer : la cave, l’entré, la cuisine, une chambre pour habiter les gardiens, une autre pour de service et en fin la lanterne.

La lanterne ou la lumière est assemblée de plusieurs lentilles, miroirs concaves et le foyer lumineux. Pendant les époques l’éclairage des phares on était fait par de divers moyens comme : l’huile minéral ou végétal, gaz, pétrole, acétylène et en fin l’électricité. Les lentilles de verre qui projette la lumière et la concentre vers une direction déterminée, ont un diamètre de plus de 60 cm, sont très épaisses, lourdes et chers. Fresnel, physicien à perfectionner l’éclairage des phares en construisant les « lentilles à échelons ». Cette lentille est composée d’une lentille ordinaire entourée des anneaux et placée sur un appareille rotatif. La lumière devient visible a de kilomètres. En fonction de son apparition la lumière du phare peut être appelé fixe ou sans interruption, intermittente au cas contraire. La lumière à éclats est une lumière concentrée en faisceaux qui tourne autour d’un axe. Les éclats sont séparés par des intervalles d’obscurité de quelques seconds.

La couleur de la lumière est rouge, blanc ou vert. Chaque couleur représente un langage connu de navigateurs. La lumière d’un ancien phare est visible a 40 jusqu’à 100 Km.

En fonction du relief qui l’entour et sa puissance lumineuse, le phare peut être visible même a 400 Km de distance.

Fascinante œuvre de l’humanité les phares sont toujours entourées d’histoire et magie. Même très peu habitable, de nos jours la plus parte sont devenues de musées d’une vie d’antan.

10. avr., 2017

La plus vieille référence concernant la presse écrit – les journaux, nous vient d’Empire Romain. Pendant le I siècle de copies écrit à la main de « Acta Senatus » circulé en ville. C’était de synthèse de l’activité du sénat, les positions et les décisions de membres sénateurs, des lois et responsabilités du citoyen.

Une autre forme d’information publique était « Acta Diurna Populi Romani », un premier forme de journal qui informait sur les activités quotidiennes, des nouvelles culturelle, informations sur les procès, nouvelles sur les gladiateurs et reportages sur les Provences de l’Empire. Ces reliques de presse étaient affichées dans de places spéciales ou elles pouvaient être lus à la population. Certains était copiées et répandues hebdomadaire dans tout l’Empire. Évidement que l’ensemble d’information était censuré.

Dans la Chine antique pendant les dynasties Han, Tang et Sung sont apparus des publications gouvernementales, les précurseurs de bulletins informatifs. Ces publications n’étaient pas dédiées au public sauf à l’officialité.

Après de la découverte de la presse mécanique et le papier, pendant la dynastie Sung sorte le premier journal tabloïde du monde. Ici il y avait de commentaires sur les nominations, les destitutions ou les potins de la Cour impériale. Ces petits journaux circulaient dans les grosses villes des provinces, parfois ils arrivaient même dans la campagne ou celui-là qui savait lire informait les masses ramassées dans les amphithéâtres. Les informations souvent très provocateurs, nommés par les chinois « hisiapao » était souvent interdits.

Quelques milliers d’année plus tard, après une vie florissante les journaux de nos jours s’éteints tranquillement pour laisser place à l’écriture électronique une autre forme d’informations. 

9. mars, 2017

J’ai commencé à aimer les livres relativement tard vers l’âge de 13 ans. J’ai lisais beaucoup mais rien de ces roman historique et politique que l’école nous infligé pendant le cours de littérature.

Je me rappelle « 1001 nuits » c’était en premier, après j’ai passé directement à Guy de Maupassant, Boccace, Balzac, George Sand, Agatha Christie …

Une fois arriver au Canada si j’ai voulais continuer à lire (comme j’avais le choix … j’étais déjà droguer à la littérature), je devrais le faire en français. Mon appétit toujours grandissant, la manque d’argent, m'on mis sur le chemin des bibliothèques. Puis je peux vous dire que la richesse de la bibliothèque de mon cartier m’a épatée. En plus, un matin je remarque sur la ruelle un autobus sur le quel c’était écrit « Bibliothèque ». Des femmes âgées montées à l’intérieur puis elles sortaient avec des livres. Je ne savais pas c’est quoi une bibliothèque mobile.

La première bibliothèque mobile est apparue au début du XX siècle en Maryland ou Mary Ticomb inspirée par une idée britannique, crée une bibliothèque qui se déplace en fiacre vers la population rurale. Tirée par les chevaux des boîtes des livres étaient transporté dans de places reculées.

Déjà aux États-Unis en 1904 existé 66 bibliothèques itinérantes et en 1912 est instauré la première bibliothèque motorisée. Les deux guerres mondiales on arrêter le développement de cette idée.

N’empêche que vers la fin des années ‘90 la bibliothèque mobile circulée encore sur les rues des quartiers montréalaise. Plus tard elles sont remplacées par de bibliothèques libre-service.

Celles-là sont nées en Wisconsin vers 2009. Un certain Todd Bol en hommage à sa mère décédée, crée devant sa maison une petite boîte avec de livres et l’inscription « Free books ».

La merveilleuse idée à traverser la Terre entière pour arriver jusqu’à aujourd’hui a pullulée les villes et la campagne. Très utiliser dans les villes de vacance la bibliothèque libre – service, fonctionne sur le principe : tu mets un livre tu prends un autre, tu lis et tu donnes après la liberté …

24. févr., 2017

Résumé

 

Pendant quatre semaine chaque mercredi je vous ai parler d’expérience « Sans sucre, sans sel » modalité de vie extraordinaire pour la santé et notre bienêtre. Pour avoir vite une idée d’ensemble aujourd’hui voilà le résumé de tout qu’est-ce que j’ai écrit auparavant.

La chimie du sucre raffiné :

-substance cristalline blanche qui est extrait du canna à sucre et de la betterave sucrière

-composition chimique : saccharose (C12H22O11)

-dépourvu de vitamines et minéraux

La glycémie :

-test de laboratoire ou on vérifie le niveau de sucre dans le sang, inférieur ou supérieur à 1g/l de sang.

-la glucose constitue le véritable carburant de l’organisme humain

Hypoglycémie : le glucose est au-dessous de 1g/l de sang

Hyperglycémie : le glucose est plus haut que 1g/l de sang

L’insuline : l’hormone secrétée par le pancréas qui descend la glycémie à son niveau normal et stokes le glucose excédentaire dans graisse par une utilisation ultérieure.

Choisir a manger des aliments avec un indice glycémique bas.

Le sucre raffiné (industriel) est une drogue pour le corps.

Toute nourriture industrielle ou du restaurant a du sucre et du sel en gros quantités – renoncer vite.

Le sucre industriel(raffiné) est la cause de notre surpoids.

On ne doit pas compter les calories qu’on mange (si c’est nous qui on cuisine) c’est ne pas ça qui nous rendent gros, le fautif est le sucre.

Tout restriction alimentaire (diètes) rende le corps dans une phase de frustration, le corps rentre dans l’étape de survie - crée de la graisse

Renoncer au sucre c’est une question de volonté et c’est à vie, ne le prenez pas comme une diète.

Commencer en douceur :

-éliminer le sucre ajouté dans votre café ou the

-habituer-vous au goût

-achetez des moins en moins de sauces, vinaigrette, mayonnaise etc… déjà fait de l’épicerie

-continuer jusqu’à l’élimination totale de produits déjà cuisiner

Si j’ai dit sucre raffiné, n’oublier pas que tout remplaçant (stevia, édulcorant de synthèse …) doit sortir de votre vie. Fait comme ils n’existent pas.

Après une mois j’ai oublié le goût du sucre

Après trois mois j’ai oublié le goût du sel

La nourriture a un autre goût et odeur plus proche de la réalité, jour après jour.

J’ai beaucoup maigrie et ça continu.

Ma peau est lumineuse les taches brunes on presque disparues.

Mon sommeil est devenu léger.

Le moral est joyeux, j’ai des idées comme jamais

Qu’est-ce qu’on mange et comment? Exemple :

-le matin de fruits et produits laitiers, d’avoine, des amandes et pistache

-on renonce à la farine de blé – elle a du sucre

-la banane on la mange seule

-le riz seulement basmati et sauvage

-au début on renonce complètement aux fruits secs

-on mange légumes et viande cuisiner par nous-même, sans sucre sans sel, beaucoup d’épices simple (on fait nous-même les mélanges)

-rarement de pomme de terre et toujours bouilli (purée etc…)

-dans les gâteaux on remplace le sucre par le miel ou sirop d’érable

-on oublie qu’existe : les sauce déjà fait, vinaigrette, boisson gazeuses, confiture avec pectine et sucre, boulangerie, chocolat, biscuits, chips, fromage avec un taux énorme de sel etc…

-on ne boit pas d’alcool, sauf un verre de vin rouge samedi soir (si on peut s’abstenir tant mieux); jamais de la bière

Peu à peu la sensation de faim permanente disparaisse.

La vie, le nombre et la variété des microbes dans nos intestines dépendent de la nourriture qu’on le donne. Il faut nourrir nos microbes avec des bons repas cuisiner des légumes et viande sans sucre, beaucoup de fibres et on reste mince a notre poids santé.

Sans sel notre corps se débrouille bien, il garde 150g de sodium(Na) nécessaire au bon fonctionnement de cellules et le reste il l’élimine. Si on fait de rétention d’eau ou haute pression on élimine le sel au complet de notre alimentation.

Et voilà, vous avez tous les outils pour commencer à vivre mieux. Si vous avez des questions ça va me faire un grand plaisir de vous répondre et de continuer à partager mon expérience de chaque jour.

A votre santé ! 

9. févr., 2017

Je reviens comme chaque mercredi depuis un certain temps a la théorie du « Sans sucre, sans sel ».

Si aujourd’hui on a des réfrigérateurs, il y a une centaine d’années, nos ancêtres pour conserver leurs nourritures utiliser diverses autres formes que le froid. Le sel la substance la plus convoiter sur la Terre, était une d’elles.

Dès l’Antiquité, la conservation des aliments a été une préoccupation pour l’être humain. Dans ce temps les plus rependues était : le séchage, le fumage, et le salage. Dans le temps d’Empire Romain le sel faisait partie de la solde du légionnaire, d’ici est né le mot salaire (le solarium) et le mot soldat, solde et sou.

Pour saisir l’importance de cet élément, au Moyen-Âge, on suit la naissance des nouveaux mots comme : sauce, salade, salaison, saupoudrer … Le sel devient une marchandise essentielle, elle est la façon de conservation préférée.

Les pêcheurs l’utilisent en tout le temps, obliger de garder plusieurs jours les poissons jusqu’à leurs arriver sur les rives.

De la momification égyptienne au salage de viandes et saumage de légumes et poissons, le sel a nombreux d’utilisations, dans le processus de fabrication de fromage et dans boulangerie. Pour conserver la qualité nutritive du foin les paysans ajouter du sel.

Le lait est conservé entant que beurre salé, ou fromage, de ou la grande diversité de celle-ci. Donc, le fromage est né par le besoin de conservation du lait.

Pour s’enrichir Louis X, décide en 1315 de taxer le sel, l’impôt le plus injuste de l’histoire de la France, qui va être abroger seulement 475 d’années plus tard en 1790.

Le sel fait partie de nos vies constamment et c’est un élément qui ne manque jamais dans les produits alimentaires industrielle ou artisanale. Mais, on a besoin ou non de sel dans l’organisme?

La réponse est oui, sauf que on n’a pas besoin d’ajuter du sel dans notre repas pour l’acquérir ou pour le bon fonctionnement du métabolisme. Pour le corps humain la concentration de sel (en réalité de ions de sodium Na+) détermine la pression osmotique normale aux liquides intercellulaires. Cette pression osmotique permet, le bon état de certain components cellulaire, comme les protéines, de bien fonctionner. Une pression osmotique constante n’est pas suffisante il faut avoir dans l’ambient salé de la cellule, un rapport constant entre les ions.

Par exemple : Sodium (Na) et potassium (K) sont dans un rapport égale dans notre organisme. L’ion de Na est contenu dans le liquide sanguin et le K dans les cellules rouge du sang.

Le nécessaire de sel (NaCl) journalier pour un homme adulte est de approximativement 5g. Notre corps par contre s’habitue avec de quantités plus grosses si on est en bonne santé. Quand la quantité de sel dans la nourriture est excessive l’organisme l’élimine vite par l’urine le surplus. Il garde en tout le temps 150 g de sel dans ses cellules.

Si on a tendance à garder le surplus de sel dans notre corps celui-là engendre inévitablement une rétention d’eau et implicitement on gonfle. Ce gonflement s’ajoute à notre surpoids (suite à une haute consommation de sucre) et l’obésité survient pas à pas sans nous rendre compte très vite. Je ne parle pas des autres bobos qui peuvent apparaître comme l’hypertension artérielle (haute pression).

En conclusion, si vous soufrez de rétention d’eau (comme moi) cessées d’ajouter du sel dans votre nourriture. N’acheter rien qui peuvent être supposer à avoir, le corps ne va pas souffrir il rétien le 150g de sel nécessaire au bon fonctionnement, il n’élimine aucun ion et tout va bien. En plus il y a de fruits ou légumes qui vous fournit le sodium (Na+) nécessaire.

Je vous entende d’ici : mais le repas n’a aucun goût! Pour les premières oui, au fur et à mesure que le temps passe vous découvrez les vrais goûts des aliments et des épices. Un autre monde des saveurs insoupçonnable s’ouvre à vous.    

Et voilà, maintenant vous avez toutes les informations nécessaires à bien vivre en santé du corps de de l’esprit (j’espère au moins).

A votre santé !!!