22. mars, 2016

Nicolas Flamel - l’histoire de sa fortune

L’histoire de la fortune de Nicolas Flamel commence en 1357 quand il fait l’acquisition d’un manuscrit ancien remplie des gravures. C’est lui-même qui décrit le livre comme étant relié par une couverture épaisse de cuivre orné de lettres et des dessins étranges en relief. Il dit que la langue dans laquelle était écrit n’était ni latin ni grec …  La page en écorce était gravée d’une écriture – signes bizarres,fait à l’aide d’un stylet.

Sur la première page il y a avait écrit avec des lettres d’or : « Abraham le Juif, Prêtre, Prince, Lévite, Astrologue et Philosophe, au Peuple Juif dispersé en France par la Colère de Dieu, Souhaits de Prospérité. »

L’auteur essayé d’enseigner au peuple juif le secret de la transformation des métaux en or.

Les instructions, par contre, presque tous décrivaient les dernières phases du processus alchimique. Les premiers décrits en pages 4 et 5 étaient exemplifié par des gravures.

Flamel trouva que : « il était impossible de déchiffrer ces figures a qui n’était pas versé dans la cabale. Il aurait fallu connaître ces antiques traditions et avoir étudier les livres sacrés. »

Il a étudié ce livre pendant 20 ans pour trouver un sens aux gravures. Sans succès.

Son épouse Dame Pernelle lui conseilla d’aller en Espagne pour consulter un savant réputé, d’origine juif, qui peut-être avait la chance de l’aidé.

Nicolas Flamel effectuera le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, avec une copie de ces gravures mystérieuses dans son baluchon. Il arrive saint et sauf à la fin.

Il continu le voyage jusqu’à Léon ou il rencontre le savant médecin juif, Canches. Canches est étonné et heureux de constater que un fragment d’un livre rare existe encore. Il fait avec Flamel le chemin vers la France ou il désire voir les originaux. Sauf qu’il n’a pas cette chance, il décède en chemin à Orléans. Flamel rentre seul à Paris.

Il raconte qu’il détient le secret des éléments fondamentaux, sauf qu’il ne connaît pas les premiers préparatifs ce qui est « une incommensurable difficulté … ». Mais, la bonne nouvelle était que « je trouvais enfin ce que je cherchais si ardemment, et que je reconnu à sa senteur pénétrante … Je pouvais désormais accomplir le Magistère … »

Flamel continu a expliqué, comment sa première conversion l’a effectué avec 227 g mercure qui a transformé en argent fin, d’une grande pureté. Il note même la date de 17 janvier 1382 et qu’il a eu comme témoigne son épouse Pernelle.

Trois mois plus tard, il réussit la transmutation en or.

Flamel est sa femme ne garde pas la fortune seulement pour eux, ils font construire à Paris 14 hôpitaux, 7 églises, 3 chapelles, et à Boulogne presque pareille. Ils on donner d’argent aux pauvres et aux orphelins.

En 1419 Flamel s’éteigne. De ce moment les histoires rocambolesque commencent à circuler et entre en même temps dans l’histoire populaire.

Ça se dit que Nicolas Flamel a découvert la pierre philosophale, qui donne l’immortalité. Suite à ca lui et Dame Pernelle seraient toujours vivants quelque part en Suisse. La légende persistera jusqu’à nos jour.

Aux 16 siècles Paul Lucas, un grand voyageur, rencontre en Asie un éminent philosophe turc, qui lui explique que, la véritable pierre philosophale peut prolonger la vie de 1000 ans. Lucas lui parle de Nicolas Flamel, il lui dit : « la légende dit qu’il avait cette pierre et voilà il est quand même mort ». Le philosophe turc lui réponde : « pouvez-vous réellement croire cela? Non mon ami, Flamel est bien vivant. Ni lui ni son épouse n’ont connu la mort. Il n’y a pas plus de trois ans que je les ai vus pour la dernière fois … en Inde, c’est l’un de mes bons amis. »

La légende se poursuit, en 1761 Flamel et Dame Pernelle sont vu à l’Opéra de Paris, au 19 siècle sur le boulevard du Temple …

« … il portait des vêtements dont la mode remontait à quelques années seulement, mais qui offraient néanmoins un caractère indéfinissable d’antiquité. »

L’alchimie ne représente pas seulement la transmutation des métaux en or mais, aussi la purification des âmes. Elle est peuplée  des symboles, d’une grande importance, qui métaphoriquement sont supposé à nous transmettre des messages.

Même si elle est difficile à croire, la légende de Nicolas Flamel reste quand même une belle histoire qui nous donne le droit de rêvées.