1. oct., 2015

Un portrait de Diane Arbus

«  … une jeune femme rangée, devenue aventureuse derrière son objectif »

Le Figaro

Diane Arbus ou Diane Nemerov, née à New York le 14 mars 1923, est la photographe de l’étrange. Ses images présentes de personnages hors-norme, de la vraie vie, crue et cruelle, sans masque ni rideaux.

Elle rencontre son mari Allan Arbus à l’âge de 14 ans, avec qui elle va ouvrir un studio. Ce n’est pas elle qui fait les photos c’est Allen, elle s’occupe de relations avec les clients.

Sa première photographie date de 1957. Pour crée elle a besoin de liberté, le talent a besoin de mouvement, elle décide de se séparer de son mari en 1960 et continu à faire ses photographies hors de commun, elle crée son œuvre. Diane choque, choque le non averti par sa vérité et sa pureté. Le clichées sont blanc et noir et développer par elle-même pour que le travail soit fait à sa manière. Sa technique et ses images on contribuer énormément a la reconnaissance de la photographie comme un ART.

Vers 1962 elle renonce à couper le clichées en format rectangulaire de 24x36 et adopte le format carré de 6x6, style propre qui impose  avec assurance.

Les photographies sont prises à New York avec des gens de New York, des inconnus dans la rue, des travestis, des transsexuels, des handicapés mentaux, de jumeaux, des nains, les hors-norme …

Une de ses premières expositions réalisées avec une bourse de la fondation Solomon R. Guggenheim, intituler « Les rites de la société américaine » c’est une ample galerie de portraits typique américains, des inconnus pris en clichés dans des postures habituelles.

Par son œuvre Diane Arbus, désirait montrée au monde que tous ses personnages hétéroclites sont réels, qu’ils vivent pareille comme madame-monsieur tout le monde, qui ont rien d’effrayants …

« Les jumelles identiques » une photographie prit en 1967 a New Jersey est une de plus célèbre de ses photos. Elle nous dévoile deux fillettes habillées pareille, qui nous regarde droit dans les yeux. Par celui-là Diane met en discussion l’identité, l’individualité, la singularité des êtres humains et nous oblige à nous questionner sur le sujet.

Un autre apport que Diane Arbus impose dans le monde de la photographie est la photographie documentaire comme genre artistique propre.

L’influence de son travail dans l’histoire de la photographie est évidente. Elle réussit à imposer l’idée que la photographie est un art. Chaque de ses photographies montrent une grande sensibilité de l’auteur.

Diane Arbus jouait avec la lumière, elle était en premier place dans ses choix de création, la posture du corps, l’expression d’un visage, un objet, un paysage, tout était bien choisir, travailler et adapter à l’idée voulu être transmise.

La photographie est un message, une histoire, elle nous parle.

Pour mieux connaitre Diane Arbus, vous pouvez lire sa biographie écrit par Violaine Binet (Edition Grasset) ou voire le film FUR inspirer de sa vie.

« Diane voulait cristalliser les instants, on ne pouvait pas toujours se laisser faire. » Violaine Binet