7. juil., 2015

Jung et les rêves

« Le rêve est un phénomène psychologique qui, sans motivation consciente, apparaît pendant le sommeil. »

C. G. Jung

Jung donne une explication propre et intéressante sur les rêves. Il dit que la conscience n’est pas tout à fait évanouie pendant le sommeil onirique, et que grâce à ça dans les rêves on possède une conscience relative d’un MOI, un moi borné et étrange qu’il appelle « moi onirique ». Il affirme que un sommeil sans rêve est très rare, que les situations dans lesquelles on se retrouve sont proche de réalité mais, que le moi onirique est « comme une réalité d’autre sorte ». On n’a pas l’impression qu’on rêve, on a l’impression que c’est lui qu’il vienne vers nous, obéisse a de lois propre, de complexe psychique autonomes se forme d’eux-mêmes. On ne sait pas de ou les rêves provient, la source ou l’origine est dans l’inconscient, il est incontrôlable par notre conscience, il apparaisse et disparaisse « selon leurs propres lois ».

En état d’éveil on a l’impression qu’on contrôle tout par la conscience mais, dans les rêves au contraire on a l’impression que le rêve pénètre notre conscience comme de faits étrangers et incompréhensible, « venu d’un autre monde ».

Jung affirme que les rêves sont une interaction entre conscient et subconscient. Le subconscient est si fort qu’il dépasse le conscient toujours. Il croit que le rêve n’a pas une fonction strictement biologique et il ne croit pas que notre réalité et une pure réalité. Il raconte et il décortique beaucoup ses rêves de toutes sortes pendant sa longue vie. Un de ses rêve, disait lui, inoubliable « six semaine environ après sa mort, mon père m’apparut en rêve. Il fut brusquement devant moi et me dit qu’il revenait de vacances. Il s’était bien reposé et revenait maintenant à la maison […] Quelques jour plus tard, le rêve se répéta … […] Que signifie donc ce retour de mon père dans mes rêves? Pourquoi paraît-il si réel? Ce fut un évènement inoubliable qui m’obligea, pour la première fois, à réfléchir sur la vie après la mort. »

(Biographie de C.G.Jung; Énergétique psychique – Fondaments psychologique de la croyance aux esprits, de C.G. Jung 1947)