Couleurs d'automne au Québec

Choix littéraire

« Quand sort la recluse »

de Fred Vargas

 

Premier roman de cette auteure et je suis conquise. Son style, l’intrigue, les personnages très bien contrées, l’histoire qui entoure la recluse – la femme retirée de monde qui vie par la charité communautaire et pas dans le dernier place le commissaire Jean-Baptiste Adamsberg. Adamsberg qui d’après moi devient le nouveau Hercules Poirot.

Morsures d’araignée, poison, enfance maltraité, histoire de la France, séquelles, psychose, tous ont des places dans ce roman qu’on laisser de mains un fois entamée.

La brigade criminelle conduit par le commissaire Adamsberg a des drôles d’oiseaux Violette – la femme forte, Danglard l’encyclopédie, Estalere le specialist en café, Froissy chercheuse assidue, Voisenet l’amoureux du règne animal, Veyrenc l’ami d’enfance et support … et pas dans le dernier place le chat, la mascotte du commissariat, le chat qui demande à être monté a l’étage pour manger en présence d’un policier.

Un petit incident d’enfance mène Adamsberg vers le dénouement de cette énigme. Trahison, mécontentement, la brigade ne soutient pas toujours son commandant qui en final a quand même le dernier mot.

 

Bonne lecture!

Tadoussac sur la plage – Bibliothèque itinérante

On peut voir partout au Québec des bibliothèques itinérantes loger dans des endroits et contenants originales mais comme à Tadoussac sur la plage j’ai jamais vu … une valise jaune … une antiquité remplit des livres … plus bas sur le sable des tables plaine de livre divers; ça se fait des échanges, ça se parle littérature sur le son des vagues et les rayons du soleil.

Randonnée en Gaspésie – 2

Quand tout le monde subissait le mauvais temps de l’ouragan Harvey, les gaspésiens récoltait les doux rayons de soleil avant l’arrivée de l’automne.

Sur un temps mi- chaud mi- froid pas traces de nuages, je me suis promené de Matane à Gaspé, à travers les Chic-Choc, sur le bord de la mer, j’ai visité des phares, j’ai ramassé des cailloux plats comme des feuilles (très bonnes pour la peinture), je me suis retardée dans le port pour attendre l’arrivée du nouveau traversier, je me suis approcher nez à nez avec un poussin du Grand Heron. Belle rencontre. Apparemment pas effrayer par le clique de mon appareille photo, il a continué à plonger sa tête à travers l’eau claire a la chasse de petits poissons.

Je vous laisse en compagnie des photos …  

Joli mot # 171

« La mode n’est pas le fruit de la volonté de stylistes irréalistes, elle est toujours l’expression de son époque »

 

Charlotte Seeling