26. févr., 2016

CHOIX # 49

Aujourd'hui je vous suggère une autobiographie alaskienne écrit par nul parte autre que Leigh Newman. Intelligente femme de lettre américaine, parlante une français savoureuse, vrai et authentique, Leigh nous fait un beau récit de ses année d’enfance, de son première amour et la relation avec ses parents. Écrit dans un style fraîche et sincère « LE CŒUR AU NORD » nous fait connaitre le pays du neige éternelle, ou la vie et dure et ancestrale.

(Résumé)

«  Mon travail consiste à écouter et à vénérer, et surtout à ne me faire remarquer sous aucune prétexte. » de Leigh Newman

Le père, grand alaskiens, est pilot d’avion, il chasse le caribou, l’orignal, oies, canards, pêche le flétan et le saumon, il sait coudre, réparer le moteur du bateau, il est capable d’allumer du feu avec du bois vert et humide.

C’est comme ça que ça commence l’histoire de Leigh entre Alaska ou vivait son père et Baltimore ou sa mère se réfugier après le divorce.

Arriver au Alaska, Leigh était dans un piteux état, blessures infecter en arrière de ses jambes, des poux et une maigreur maladive. Son père chirurgien, armé d’une fourchette et un couteau à écailler les poissons, en pleurant, démêle les nœuds des cheveux de Leigh ou le coupe là où il n’avait aucune chance.

Au bord d’un avion Cessna 185, ensemble parte en voyage vers la profondeur du foret sauvage. Leigh conduit l’avion sur la surveillance de son père. La peur la submerge, elle a seulement huit ans,  et elle vomit. Une fois arrivée à la destination au cœur de la forêt, sur une rivière plain de sommons; ils commencent a pêché. Son père pécheur sportive, a un savoir-faire remarquable. Il pêche ensemble tout la journée.

De retour à Anchorage, le lac Campbell permet à son père d’atterrir l’avion dans la cour arrière. Les jours de pêche se succède, dans des endroits différents, un plus beau que l’autre. A la maison Leigh nettoie les poissons, coupe les filets, et le range dans le congélateur.

A un moment donné leur voisin, Lou, donne une fête suite à la démolition de la vieille maison. Il y a un temps que Caroline, la femme de Lou, était la meilleure amie de sa mère. Leigh et les autre enfants volent de la bière et change les canettes de leur parent en tout le temps, réussirent à les souler.

Leur maison était neuf, une construction récente, la cour pareille, chose qui mener à l’effondrement de terre vers le lac. Le père amène des travers de chemin de fer qui les positions dans l’eau, tout seul, a une température alaskienne.

Dans la maison la seule meuble, le sac de couchage, en reste, rien …

L’été fini Leigh se retourne chez sa mère à Baltimore. Les souvenirs surgissent, après le divorce, elle et sa mère voyage en auto d’Alaska jusqu’au Mexique, un chemin de 8000 km, qui dure tout le mois de janvier. Après une dépression, au début de la rupture, sa mère redevient elle-même, une personne joyeuse, optimiste, délicate et belle. Elle insiste que Leigh soi inscrit a une école privée ou elle porte une uniforme usagée.

La mère de Leigh soufre des vilaines migraines. Elle a souvent de problèmes d’argents, même si elle travaille 14 heures par jours. Plus tard, grande, Leigh va se rendre compte pourquoi.

A l’école Leigh est plutôt retirer, timide, rarement on peut la voir dans la cour avec des autres filles.

Le radotage de sa mère sur sa ville avec son ex-mari, rende Leigh malade, les histoires la pluparts méchantes, vrais ou faux, l’étouffe et l’agace. L’Alaska, son père, tout lui manque. Ca le fait réagir parfois étrangement, comme ce jour-là, ou l’après-midi elle vole un râteau, une épingle et soie dentaire avec quelles elle construit une canne à pêche et au parc municipal, pêche un poisson rouge. C’est la police qui l’amène à la maison.

De retour en Alaska, Leigh constat avec étonnement que la compagne de son père est ni l’autre que Abbi, l’infirmière qui travaille directement avec lui. Abbi est blonde, jolie, gentille, elle sente la menthe et le lait de rose. Une autre grande surprise qui l’attende est la maison. Elle est remplit des bibelots, porcelaine de Chine, meubles, tapis, disque de vinyle, plantes grimpantes, …Abbi avait déménagé chez eux.

La découverte que c’est Abbi la cause de son départe précipité d’Alaska l’anéanti. Une boule d’émotions se forme dans sa gorge, mais elle ne pleure pas, son père préfère Abbi a sa place. Leigh commence à faire de cauchemars. Pour apaiser sa peine elle va se coucher avec le chien, le vieux labrador, dans sa niche.

Son père et Abbi s’aime, ils s’embrassent, se touche, Leigh est furieuse. Avec tout son comportement irréprochable, Leigh, trait quand même Abbi de « une voleuse de mari ».

Leigh et son père trouvent une autre occupation qui va appartenir seulement à eux, tiré avec les armes à feu. A dix ans, Leigh, tenait entre ses mains un calibre 22. Pendant son séjour en Alaska, elle escalade de montagnes, se promène dans la forêt, pêche et chasse. Activité de plein air que son père et Abbi partager avec plaisir. Leigh s’avoue à elle-même qu’elle haït Abbi mais, que sans vouloir elle s’attache à elle.

Le mariage entre son père et Abbi se déroule à la maison. Leigh a sa robe de rêve, belle coiffure et pieds nu.  Elle boit de la champagne jusqu’à tomber par terre, elle pleure, elle cri, allume d’artifices et le pire, personne ne se rende pas compte de son état.

De retour à Baltimore.

Vers l’âge de 12 ans Leigh doit passer une année entière en Alaska avec son père, mais elle refuse, voir chaque jour Abbi a ses cotées à la place de sa mère est devenu insupportable. Alaska va lui manquer énormément.

Les années passe. Elle a 24 ans et commence à travailler à New York pour le magasin Travel Time. Son premier article trait sur Galápagos. Une belle et intéressante expérience qu’elle a vécue avec une famille sauvage de dauphins. Son travail à Travel Time le fait voyager beaucoup d’Oslo à Bora-Bora, New York, la valle de la Loire, au Pakistan.

Son premier voyage, par contre, a lieu à l’âge de 14 ans. Elle va représenter Les États-Unis au Japon. Le voyage est gratuit, l’école paye. Tout seule, Leigh, fait d’apparition à la télé, dine avec des hommes d’affaire japonais, elle visite des usines métallurgiques, visite des écoles et essaie la calligraphie.

A l’âge de 18 ans, Leigh déménage en Californie, après en France, et Californie de nouveau, Paris pour atterrir finalement à New York.

Finaliste de Stanford elle trouve un petit travail de recherchiste. L’image de son bureau situé dans un placard a fourniture de bureau, lui revient en mémoire.

Avec Travel Time vient aussi un budget voyage qui le propulse à voir le monde. De Russie en Danemark, puis en Suisse, deux semaines au Népal pour un safari de lux, Lisbonne et Milan, Prague, Madrid et Inde.

Tout sa vie à souffert de somnambulisme, maladie qui lui rende ses déplacements difficiles et même dans son petit appartement à New York a de difficultés.

Ses relations avec les hommes sont furtives et instables, elle préfère plutôt avoir des amis qui ne lui posent pas des problèmes d’attachement. Souvent elle se sente seule.

Avec plaisir elle se rappel de sa grand-mère paternelle. Une femme de 85 ans qui vit toute seule à Seattle.

Chez elle, n’invite personne presque jamais. Pendant son adolescence les amis fréquenter sa maison, elle les invitées seulement pour échapper à la famille, que c’été en Alaska ou à Baltimore. Pendant cette période le comportement de sa mère devienne bizarre.

A New York dans un party, elle connaît un « curieux halo de tendresse et d’intelligence », un homme aux yeux bleus qui lui remplit le répondeur des messages gentils. Il commence une relation libre, chaque voit d’autre, elle voyage, lui l’accompagne parfois, parfois non; lui il ne l’aime pas vraiment comme se doit. Après quatre ans de fréquentations le mot mariage sort de la bouche de Leigh. Elle va rester chez sa mère pendant que « monsieur tendre et intelligent » doit se décider.

Leur mariage va avoir lieu dans une ferme laitière, là où ils ont passés des étés de vacances auparavant. Leigh a des doutes, des peurs, IL est le bon?

Trois mois plus tard elle doit s’avouer que l’amour pour elle est inconnu; elle ne sait pas aimer. Elle veut divorcer, Lawrence non, pas si vite quand-même.

Les situations dramatiques se succèdent, la paralysie et la morte de sa grand-mère favorite, dépression …

Leigh va en voyage tout seule, pas pour le travail, pour se promener. Elle va à Paris, en discussion avec une fleuriste indienne elle se pose la question «  …combien de temps faut-il vivre quelque part pour être en mesure de la considérer comme chez soi? »

Directement de Paris vole vers Alaska ou elle rende visite à son père. Elle a peur de parler, de divorce, de sa vie. Après une partie de pêche ou ils ont faille se noyer, Leigh réussi à parler. Son père lui propose d’habiter avec eux en Alaska,  elle refuse.

Leigh et Lawrence reste ensemble, il voyage en Tahiti la deuxième lune de miel, déménage dans un chez soi commun, et leur histoire d’amour commence et continu.