26. févr., 2016

CHOIX # 46

Gérard Depardieu – Ca c’est fait comme ça

par Lionel Duroy

 

« J’ai fait acteur pour sortir de l’analphabétisme, j’aurais aussi bien pu faire autre chose, ça m’est tombée dessus par hasard, j’ai rien choisi. »

 

Pour février à notre Club Lecture je vous propose la biographie de Gérard Depardieu le grand acteur français. Écrit à la première personne, l’histoire est crue, vraie, sans rideaux ni cachoteries ou omissions. Pour mieux comprendre le personnage Gérard Depardieu, cette biographie est une référence psychologique a qu’est-ce que il est devenu.

L’homme qui va rester tout sa vie un rebelle, sans loi ni l’ordre, qui a fait tout sa vie à sa tête sans barrières ni règles.

Bien écrit son histoire nous mène à travers les années jusque a sa gloire.

Bonne lecture !!!

 

(Résumé)

 

«  … je suis parti parce que j’étais libre. J’avais été aimé pour être libre et pour aller là où je devrais aller. »

 

Gérard Depardieu

 

Gérard est né libre, grandi libre sur le rues de Châteauroux. Petit voyou il mener ses affaires sur le rues du village et dans la base américaine d’Otan à côté. Il apprend à lire et écrire dans une école ou personne ne veut de lui, il est expulser, ses parents non pas les moyens pour payer.

Il fait trois semaines de prison ou les paroles du psychologue le touche et lui donne l’espoir qu’il peut devenir lui aussi quelqu’un.

Michel Pilorge, grand amie, l’amène avec lui à Paris, il avait 16 ans.

Michel suit des cours de théâtre; il prend Gérard avec lui. La grande découverte c’est Jean-Laurent Cochet qui le fait. Il voit le potentiel, il a le donne de découvrir le talent. Cochet admet Depardieu à son cours sans frais et dirige son éducation, sa culture. Dans le cours de théâtre il fait la connaissance avec Élisabeth Guignot, élevé chez Cochet elle aussi. Cette belle femme aux yeux azure va «l’éblouir », va conquérir son cœur. Elle a fait déjà des études de psychologie, très cultivée et distinguer, c’est elle qui s’impose en première à Gérard. Lui, porteur d’un gros fardeau familial, et d’indésiré ne peut pas concevoir qu’une telle femme peut l’aimer. Plus tard elle deviendra sa femme.

Depardieu continu son apprentissage et il avoue que : « j’ai une facilité naturelle à laisser entrer un personnage en moi, à porter sa voix et son destin. »

Pour les rôles qui incarne, tout va excellent, pour tout le reste il est toujours un enfant sauvage, autonome et rebelle.

Premier rôle sur la scène, il incarne « le cadeau » un homosexuel dans la pièce « Le garçon de la bande ». C’est la révélation des années 1968-1969.

Ces années il fait une rencontre fondamentale, Claude Régy, qui va lui ouvrir les portes.

Il se marie le 11 avril 1970 avec Élisabeth. Dans le film fait son rentré comme un voyou; il rentre brusquement dans le bureau de production et exige des rôles qui obtient tout suite.

Son premier succès fulgurant est « Les Valseuse », après, les rôles se succède, il n’a pu besoin de forcer les portes.

Il découvre Peter Handke et lit « La Malheur indiffèrent ». Tous ses phrases il lui rappel sa vie. Gérard commence à comprendre son enfance et sa vie en général. Handke sur scène colle à sa peau comme un gant. C’est lui. Il rentre dans le personnage avec un facilité et une compréhension extraordinaire, il vit il est le personnage et il meure a chaque soir sur la scène.

Handke lui écrit : « C’est la première fois que ma pièce est jouée comme elle devrait l’être chaque soir. »

Il a une chose que les autre non pas, le grand talent.

Il apprend la pièce tout entière pas seulement son rôle, dans les circonstances ou les autre ne se rappel pas les répliques, lui le fait à leur place. Le spectacle est sauvé.

Enfant pas désiré, Gérard Depardieu, aimées les enfants et veut les siens. Son fils Guillaume naît le 7 avril 1971 et sa fille Julie en 18 juin 1973.

Il continu à faire des films, il demande à être payé pareille comme les grandes stars du moment, et il obtient. Il dit : « B … veut du talent? Ben le talent, ça se paye! »

Par contre plusieurs années plus tard, il tourne « Mammouth » avec Isabelle Adjani et il le fait gratuitement si non le film ne se réaliser pas.

Mammouth devienne sa « plus belle aventure » c’est le film qui raconte (par hasard), la vie de Dédé, son père.

Les enfants grandissent, c’est le temps de l’école mais dans la banlieue ouest les activités de leur père ne sont pas bien vues. Guillaume commence à fuir a Paris, il entraîne sa sœur dans ses fugues; plus tard arrive la drogue … C’été difficile d’être les enfants de Gérard Depardieu. Ils ont vécus libres comme lui, mais pas avec le même bagage. Depardieu avoue que ça lui a pris du temps pour devenir père, des années d’apprentissage qui on produit fruit avec son troisième enfant Karine Sylla qu’il la eu avec sa deuxième femme Roxane, et Jean avec sa troisième femme Helene.

Il n’a jamais formé une famille avec ses trois femme; l’idée de famille dit lui : «  ça tue la liberté, ça tue les envies, ça tue les désirs, ça te ment. »

Depardieu parle de ses enfants de Guillaume qui met fin à sa vie, de la souffrance de la vie.

Une bonne partie de chapitre qui suit, il nous décrit les films qu’il a tournés, sa facilité de vivre chaque moment comme il faisait partie de sa vie, de son vécu, pas d’un film.

Chaque personnage qu’il incarne lui rappel un flash de sa vie, un être qu’il avait rencontré ou un de ses traits de caractère qui prend vie sur la pellicule.

Des choses que j’ai aimées dans cette biographie, sont les explications que Depardieu donne sur son façon de jouer les rôles; comme ça sorte de lui une scène, comme il ne pense jamais d’avance; il se laisse seulement aller par l’inspiration du moment, et sa génialité fait le reste. C’est en ça que ça consiste sont grand talent, une facilité d’être caméléon, d’oublier qui il est, de incarner les autre; des personnages qui prend vie.

Dans « Condamné à vie », Gérard Depardieu incarne Ipu un paysan roumain avec un trou dans la tête. L’histoire invraisemblable qui se passe pendant la guerre l’amène à vivre son enterrement. L’expérience va le poursuivre tout sa vie, la chaleur de la terre qui l’enveloppe le saisi, la perception de la fin, le plaisir …

Un de ses désirs est de laissait ou de transmettre à ses enfants un bon vin.

« Eh bien, le vin c’est ça, la mémoire du temps. » (GD)

Vers la fin du livre, Depardieu raconte comme il a commencé son amitié avec Poutine, pourquoi il a quitté le pays pour vivre en Roussie, comment il est un citoyen du monde.

Aujourd’hui à 66 ans il apprend à être patient, il se rend compte que son impatience lui a volé de moments de vie. Il se réfugie dans la solitude (que jeune détesté). Dans sa campagne russe a Saransk, ou il y a le point qui nous relie a l’univers, il écoute le chante des femmes, les sons de la nature et du vent, les rires des enfants. Il vie ...