Choix littéraire

12. sept., 2017

« Cartes postales de Grèce »

de Victoria Hislop

 

 

« Les odeurs de ses paysages, les sonorités de sa langue, les saveurs de sa nourriture et les sourires de ses habitants la pénétraient déjà, … » VH

 

Dans une Londres maussade, brumeuse et pluvieuse, Ellie reçoit chaque jour temps de quelques mois de Cartes postales désuètes provenant de la Grèce, destiner à quelqu’un d’autre. Leurs beautés, et leurs inattendue sorte la jeune fille d’une routine triste, installée dans sa vie depuis un certain temps. Tout fini avec l’arrivée du journal de cet inconnu le jour quand elle prend l’avion pour le pays qui la fait rêver pendant de mois.  

Ellie s’arrêt a Tolo ou au son des vagues lit avec avidité l’histoire vrais d’Antony.

Victoria Hislop ne promène à travers des souvenirs de personnages anonymes, dans une recueille de nouvelles qui forment le noyau central d’un roman de voyage. Passant par les années ’40-’50, couleurs sombre de pauvreté, religion et traditions populaires forts, elle arrive de nos jours dans une Grèce lumineuse, ou les vagues, le soleil et les sourires de gens prédomine.

« Cartes postales de Grèce » est un romans d’un style nouveau, les images réels en couleurs qui remplis des pages, l’écriture genre conte de fée, le passage d’un temps e l’autre, amène une onde de changement.

Pour moi, j’ai le lu, mais fait pas partie de mes wowwww !!!!

Bone lecture!

5. sept., 2017

« La nuit de feu »

de Éric-Emmanuelle Schmitt

 

« En une seconde, je flairai que j’avais rendez-vous avec l’exceptionnel »

EES

 

« La nuit de feu » est le chemin de Compostelle au Sahara. Métaphore philosophique par la quelle Schmitt nous amène face à face avec des problèmes existentielles.

Le voyage commence à Tamanrasset la dernière oasis humaine avant le néant de sable. Déjà là-bas, le bruit est remplacé par la silence. Dix jours voyager en nomade, dormir à la belle étoile, exposer à la nature sauvage. Le cortège des humains et dromadaires est conduit par le touareg Abayghur.

Personne n’a pas décrit si beau et bien l’infini que Schmitt. Ses propos philosophiques amènent à raison tout scientifique borné dans ses hypothèses; que c’est le Big Bang ou l’infini, comme lui-même dit : « … il n’y a que des vérités provisoires, des tentatives de vérité ».

Cette expérience nomade, lui-même et la nature, à transformer a jamais l’homme que Schmitt va devenir.

Bonne lecture! 

5. sept., 2017

« Le Paris de Monique Giroux »

de Monique Giroux

 

« Je me suis longtemps demandé ce qui pouvait bien expliquer cette attirance précoce pour un pays et pour une ville dont tout me séparait » MG

 

Paris, Paris, Paris … qui n’a pas rêver d’aller à Paris? Monique Giroux rêvé depuis l’âge de sept ans, et voilà son désire a été exaucer plusieurs fois depuis … Pour nous prouver son amour pour la ville lumière, elle crée cette ouvrage, livre de photos, guide de voyage, agenda d’adresse épatantes, tout en un. « Le Paris de Monique Giroux » est chaleureux, énigmatique, hors de sentiers battus. C’est le vrais Paris vivant …

Bon voyage ! 

9. août, 2017

« D’après une histoire vrais »

de Delphine de Vigan

 

Delphine est une célèbre romancière dans la quarantaine. Elle a deux enfants Louise et Paul jeunes adultes et un mari qui, même s’ils ne sont pas ni divorcée ni séparée, ils ne vivent pas ensemble en ville, il vit à la campagne. L’histoire tourne autour d’une amitié entre Delphine et L. Un presque mariage bizarre entre deux femmes que Delphine ne remarque pas quand il s’installe insidieusement. D’après ses descriptions L s’insinue dans sa vie une soirée à un party chez des amis. Sortie directement d’une séance de signatures pour son dernier roman, Delphine, fatiguer, stressée, exténuer accepte l’invitation. Laisser a elle-même pendant la soirée L se colle …

L est une superbe blonde, toujours impeccablement habillée, intelligente, personnalité forte. Pour gagner sa vie elle écrit des biographies pour de gens célèbre. Un style bosseur, elle se donne corps et âme pour son travail même si son nom n’apparaît jamais sur une livre.

Delphine, elle, avoue qu’L avais une grande fascination sur elle, l’étonnait, l’amusait, l’intriguer et l’intimider en même temps. Cette relation va engendrer à Delphine une tragédie, le chose que tout écrivain a peur – la crise de page blanche. Elle est incapable d’écrire, elle développe une vrais phobie … la cause L

Mais tout ça c’est vrai? Les choses se sont passés de la manière que Delphine raconte? Qui est L?

Bonne lecture ! 

28. juil., 2017

« La mémoire n’en fait qu’a sa tête »

de Bernard Pivot

 

« On s’arrête tout à coup de lire. Sans pour autant lever les yeux […] parce que ces mots, tout à coup, interpellent notre mémoire, la titillent ou se cognent contre elle […] La mémoire n’en fait qu’a sa tête »

 

Souvent pendant notre vie on rencontre de moments quand une image, une odeur, une situation ou un mot nous rappel comme un flash des souvenirs enfouille profondément dans notre mémoire. Tout suite le filme du vécue resurgie en face de nos yeux. Petits plaisirs …

Dans cette idée Bernard Pivot élabore son roman, les mots génèrent des souvenirs qui partage avec nous de sa propre biographie, ou de ses amis, auteurs célèbres, célébrités ou … des chats.

Un très beau concept que j’aime, parce que ses références me mènent toujours a d’autre bijoux littéraire que j’ai pas lu.

Bonne lecture !