Choix littéraire

18. juil., 2017

« Plus folle que ça tu meurs »

de Denis Bombardier

 

Notre héroïne est avocate, performante, redoutée professionnellement, séparée de son conjoint, dépendante de ses amies. Marie, Jeanne, Pauline, Claudine, Leila … des amies de longue date, toutes femme de carrière, toutes à l’âge quand on commence à compter en sens inverse, la plus parte séparées et seules, nous dévoilent la peur de vieillir, la peur de ne pas être désirée, la peur de oubliettes.

Écrit à la première personne le roman de Denis Bombardier m’a plu énormément, hilarant mais vrais, il nous monte le moral, nous divertie, nous fait penser à notre âge de femme qui avance dans le temps, dans la vie, qui avance vers l’inévitable.

Bonne lecture!

11. juil., 2017

« La mariée était en noir »

de William Irish

 

Julie s’enfouie de la maison. Bliss et Marjorie fête leur fiançailles. Une femme en noir, d’une « blancheur crémeuse » et blonde, une femme étonnante, qui personne ne connaît se mêle aux invités. Plus tard dans la soirée elle pousse Bliss par-dessous du balcon. Crime de vengeance. « La mariée était en noir » démarre.

Écrit en 1940 par Cornell Hopley – Woolrich, le roman est traduit en français en 1946 mais pas entièrement. Plus tard la traduction est révisée et le roman fait son apparition complète, identique a l’original. Cette fois ci est signer William Irish, le nom de plume de Cornell Woolrich.

Le film écrit par François Truffaut en 1967 jouer par Jeanne Moreau, Claude Rich, Jean-Claude Brialy … dépasse le roman comme publicité er renommé. Il gagne même un prix aux États-Unis, le prix Edgar-Poe.

Roman policier classique « La mariée était en noir » nous plonge dans la vie newyorkaise des années ’40, élégance, dandy, bar et jazz. La vengeance est le mobile d’intrigue, un événement passé engendre une série de crime presque parfaits. Le centre, la femme mystère.

Bonne lecture !!!

7. juil., 2017

« La mort d’une princesse »

de India Desjardins

 

« Peut-être que parfois, on rêve si fort que nos illusions prennent le dessus sur la réalité »

 

India Desjardins, la jeune et très belle auteure, a un plume merveilleuse, fluide, drôle, sure. C’est son premier roman que j’ai lu, un roman cert pour le jeune femme (pour apprendre) ou moins jeune (pour se rappeler). Elle décortique la relation de son héroïne Sarah Dufour, revoit les signes précurseurs, les caractères des personnages, les rêves versus la réalité.

Sarah Dufour se rappelle ses amours, ou plutôt ses illusions d’un amour rêvé. En rétrospective ou au présent on revit avec elle les clichées d’amour que la société impose, les désillusions, les espoirs, la fidélité, le célibat et sa belle carrière de femme d’affaire.

« La mort d’une princesse » c’est le roman ou la jeunesse avec ses idéaux meure et la maturité commence à se faire une place dans la réalité.

Bonne lecture !

27. juin, 2017

« Le sixième Sommeil »

de Bernard Werber

 

 

« Face au sommeil, les riches et les pauvres, les gagnants et les perdants les beaux et les laids, les Occidentaux et les Orientaux, les mariés et les célibataires sont sur le même oreiller récalcitrant. » Bernard Werber

 

Le monde du sommeil ou on immerge un fois par jour plusieurs heures, 30% de notre vie, nous amène au plus profonde de notre inconscient là où on ne peut pas arriver réveillé. Un autre monde s’ouvre à nous. Le monde ou tout est possible, un monde ou en fin on est libre. Phase 1, 2, 3 … jusqu’au sommeil paradoxale a la phase 5. Bernard Werber nous explique comment dormir. A travers ses personnages on plonge dans une histoire accaparante, qui nous donne la vive impression qu’on nous raconte de choses vrais, réels.

Caroline Klein est une médecin neurologue qui à dédier sa vie à l’étude du sommeil dans le cadre d’un prestigieux hôpital parisien. Praticienne depuis sa jeunesse elle apprend à son fils Jacques Klein à bien dormir et à résoudre tous ses problèmes par un bon sommeil. Mais, l’illustre médecin cache de choses. Son somnambulisme dangereux, parfois criminel et son projet sur le sommeil, un secret très bien gardé jusqu’au jour où un accident bizarre se produit dans son équipe. Son cobaie meure. Attaquer par un groupe écologiste, licencier de son équipe, insultée dans son amour propre Caroline disparaît. Personne ne croit à sa disparition mystérieuse sauf son fils. Il y a quand même quelqu’un qui va mettre Jacques sur la bonne piste. Qui? C’est ça la beauté du roman. Le sommeil. C’est quoi le sommeil et qu’est-ce qu’il nous cache?

Comme d’habitude avec Bernard Werber on rentre dans de secrets insoupçonnés de l’humain.

Bonne lecture!

13. juin, 2017

« Oiseaux rares de Montréal »

de Patrick Delisle-Crevier

 

Cette année on fête 375 années de la création de notre ville Montréal. Avec cette occasion plusieurs livres ont vu ou on va voir le jour. Un de plus intéressant jusqu’à maintenant c’est certains « Oiseaux rares de Montréal », écrit par Patrick Delisle-Crevier. 52 portraits de 52 destins qui font notre vie sociale montréalaise vivante, spéciale, intéressante et attachante.

52 portraits de personnages qu’on connaît pas sauf si on les côtois chaque jour dans nos quartiers. 52 personnes qui méritent à être connus.

Les portraits que mon impressionner ou m’ont plu : Gaétan (l’ange du vieux Montréal), le bon samaritain du coin (rie St-Paul); Howard Low – maître du thé, herboriste qui tient sa boutique dans le quartier chinois au sud du boul. René-Levesque.

Bonne lecture !