Choix littéraire

17. oct., 2017

« Le visage de Dieu »

de Igor et Grichka Bogdanov

En 1992 George Smoot présentait au monde scientifique, grâce au satellite COBE, un rayonnement fossile, « l’écriture manuscrit de Dieu ». Rayonnement qui n’a pas la source dans l’Univers connu, mais avant le Big Bang. Une information, un ADN, un code de l’Univers ou tout existe déjà apriori.

En partant de cette célèbre photo les deux génies Bogdanov expliquent dans un langage commun la démonstration d’un phénomène, le Big Bang déclencher par un esprit « immensément supérieur à celui de l’homme ». Un défi tant énorme qu’intéressant.

Lois mathématiques, constantes universelle, force de l’Univers, codes, informations cachées, génies en mathématique, des grands penseurs, tous se retrouvent vulgarisé dans ce livre merveilleux. Après sa lecture on a l’impression qu’on sorte un tout petit peu plus intelligents.

La vision sur la vie a changé …

 

Bonne lecture! 

2. oct., 2017

« Crime au musée »

Après « Crime a la librairie » et « Crime a la bibliothèque », voilà que Richard Migneault nous a préparé une surprise « Crime au musée ».

Basé sur le même concept, il a réuni 18 auteurs, cette fois si seulement de femmes pour nous concocter de crime au milieu des tableaux, des sculptures, des musées célèbres ou simple maison transforme en sépulture musée … Comme souvent, ce genre de livre m’amène à découvrir des auteurs jusque-là inconnus pour moi, mais incontournable dans le futur. Au moment que je vous écris j’ai fini de lire et les nombres des nouvelles que j’ai aimé se résume à sept. Certains trop sanguinaires ou des tortures dignes de scènes d’horreur que je passe … tout dépend de comment ça commence.

Donc, le top 10 qu’avant j’avais la misère de réunir tellement j’adorée, se résume à sept. A parte celui-là, le reste j’ai ne pas pu finir …

 

1.Stephanie de Mecquenem - La mystérieuse affaire du codex maya

2.Catherine Lafrance – Le Christ couronné d’épines

3.Nathalie Hug – Renaissance

4.Barbara Abel – L’art du crime

5.Ingrid Desjours – Le second linceul

6.Andree A. Michaud – Mobsers Memories

7.Martine Latulippe – La vieille

 

Évidement que je suis allé en vitesse à la librairie pour chercher le roman de Stéphanie de Mecquenem « Trouble » et je ne le pas trouver en format papier Pleure

 

Bonne lecture!

12. sept., 2017

« Cartes postales de Grèce »

de Victoria Hislop

 

 

« Les odeurs de ses paysages, les sonorités de sa langue, les saveurs de sa nourriture et les sourires de ses habitants la pénétraient déjà, … » VH

 

Dans une Londres maussade, brumeuse et pluvieuse, Ellie reçoit chaque jour temps de quelques mois de Cartes postales désuètes provenant de la Grèce, destiner à quelqu’un d’autre. Leurs beautés, et leurs inattendue sorte la jeune fille d’une routine triste, installée dans sa vie depuis un certain temps. Tout fini avec l’arrivée du journal de cet inconnu le jour quand elle prend l’avion pour le pays qui la fait rêver pendant de mois.  

Ellie s’arrêt a Tolo ou au son des vagues lit avec avidité l’histoire vrais d’Antony.

Victoria Hislop ne promène à travers des souvenirs de personnages anonymes, dans une recueille de nouvelles qui forment le noyau central d’un roman de voyage. Passant par les années ’40-’50, couleurs sombre de pauvreté, religion et traditions populaires forts, elle arrive de nos jours dans une Grèce lumineuse, ou les vagues, le soleil et les sourires de gens prédomine.

« Cartes postales de Grèce » est un romans d’un style nouveau, les images réels en couleurs qui remplis des pages, l’écriture genre conte de fée, le passage d’un temps e l’autre, amène une onde de changement.

Pour moi, j’ai le lu, mais fait pas partie de mes wowwww !!!!

Bone lecture!

5. sept., 2017

« La nuit de feu »

de Éric-Emmanuelle Schmitt

 

« En une seconde, je flairai que j’avais rendez-vous avec l’exceptionnel »

EES

 

« La nuit de feu » est le chemin de Compostelle au Sahara. Métaphore philosophique par la quelle Schmitt nous amène face à face avec des problèmes existentielles.

Le voyage commence à Tamanrasset la dernière oasis humaine avant le néant de sable. Déjà là-bas, le bruit est remplacé par la silence. Dix jours voyager en nomade, dormir à la belle étoile, exposer à la nature sauvage. Le cortège des humains et dromadaires est conduit par le touareg Abayghur.

Personne n’a pas décrit si beau et bien l’infini que Schmitt. Ses propos philosophiques amènent à raison tout scientifique borné dans ses hypothèses; que c’est le Big Bang ou l’infini, comme lui-même dit : « … il n’y a que des vérités provisoires, des tentatives de vérité ».

Cette expérience nomade, lui-même et la nature, à transformer a jamais l’homme que Schmitt va devenir.

Bonne lecture! 

5. sept., 2017

« Le Paris de Monique Giroux »

de Monique Giroux

 

« Je me suis longtemps demandé ce qui pouvait bien expliquer cette attirance précoce pour un pays et pour une ville dont tout me séparait » MG

 

Paris, Paris, Paris … qui n’a pas rêver d’aller à Paris? Monique Giroux rêvé depuis l’âge de sept ans, et voilà son désire a été exaucer plusieurs fois depuis … Pour nous prouver son amour pour la ville lumière, elle crée cette ouvrage, livre de photos, guide de voyage, agenda d’adresse épatantes, tout en un. « Le Paris de Monique Giroux » est chaleureux, énigmatique, hors de sentiers battus. C’est le vrais Paris vivant …

Bon voyage !