25. mai, 2017

Bijoux culinaires de la forêt

Depuis mon enfance j’adore la randonnée pédestre à travers la forêt. Grands adeptes mes parents et mes grands-parents mon promené souvent et en même temps m’on montrer les petits bijoux culinaires qu’on peut facilement trouver en nous promenant. Voilà qu’est-ce qu’on peut retrouver ce mois si à travers nos forêts canadiennes.

L’ail du bois qu’on rencontrer dans la profondeur de la forêt au début du printemps, avril jusqu’à mi-mai, pousse en touffe entre les feuillues. On doit cueillir seulement 2-3 plants par touffe en commencement au milieu. On mange le bulbe et les feuilles.

Les pousses d’épinette – l’épinette est un conifère qui on trouve partout sur notre territoire. Ses pousses sont d’un vert éclatant munies d’un capuchon résineux. Elles sont faciles à couper, leurs goûts citronnés donnent une fraîcheur et un goût spécifique. On les retrouve en mai début juin. Hachées les finement puis ajoutez les dans des plats de poissons ou salades.

Crosses de fougères – elles nous annonce l’arrivée du printemps vers la fin d’avril début mai. On les retrouve sur le terrain humide et sauvage. Sont vert, recroquevillées, enrouler sur elles-mêmes, couverte d’écailles brunes. Elles poussent en touffes de six.

Orties – ma préférée de tout la forêt. L’orties a ses feuilles dentées, la tige couverte de poiles qui piques quand on les touche. Obligatoire si vous voulez cueillir il faut porter de gans. Ses feuilles sont riches en fer et leurs goûts nous rappellent la fraîcheur d’épinard et de concombre.

Même si elle pousse à la lisière de la forêt (et pas seulement) on ne doit pas oublier le pissenlit qui fait un très bon choix de salade; on doit cueilli les feuilles avant de l’apparition de la tige et la fleur.  

Pour avoir une idée de recette suivez moi vendredi « La recette sans sucre, sans sel » je vais vous donner des idées.