22. nov., 2016

Andreea en Europe - Barcelone -Jour 4

Il faisait noir depuis longue temps, mais on n’avait pas envie de rentrés, donc on a fait quelques pas dans le cartier. En haut sur la rue on a tombé sur une église imposante ou l’entré était la scène d’une agitation avec laquelle on n’est pas habituer. Paroquia de Santa Augusti, où la messe venait de finir, fêtait la Fiesta de la Divina Misericordia, à cette occasion elle était remplie des bougies rouges et fleurs multicolores. Les dernières ampoules s’éteignaient, des gens ici là changer d’impression sur la messe. Des petites statues excessivement décorées représentant une Sainte patronne de pays latines … Cuba, Bolivie …

L’idée d’une randonnée avant de fermer la journée, on la eu après le soupé a « Wok to Wok » mets chinois exécuter sur place … « la pizza chinoise » comme dit V. … le goût excellent.

A midi on a fait un piquenique dans un parc ou grands et petits s’afféraient à des activités dominicales … jogging, bicyclette, piquenique, avec les amie ou la famille.

Nous on a mangés vite entre une visite au château Montjuic, deux musées et la Palau Guel. Palau Guel est la maison du monsieur Guel, homme d’affaire espagnol qui a engager l’architecte Gaudi, qui admiré énormément, et sponsoriser souvent ses travaux. La maison est considérée patrimoine Unesco. Comme architecture elle est un bijou.

La température parfaite, chaud, soleil, excellente pour une petite croisière de 40 minutes en bateau sur la mer. J’ai admiré la ville de loin, les gros bateaux de luxe, le château, le Port.

Revenue sur la terre ferme on est allé visiter la goélette Santa Eulalia. Voilier ancien reconditionner, trois mâts, dénommé au début Carmen Flores et lancée à l’eau pour la première fois en 1918. Elle faisait de voyages vers Cuba, et transportait de tissus, du sel, et se retournée avec du tabac, café, céréales et bois. Maintenant la goélette appartienne au Musée Maritime depuis 1997, et fait partie d’une très belle collection d’antiquités historiques catalane.

Une chose qui m’a frappé à Barcelone, au bord de la mer, on ne ressente pas l’odeur de mer, algues, sel … rien.

Dans la ville, les rues sont très étroites, telles que les voisins peuvent se donner la main directement par la fenêtre J quand les linges ne sont pas sur la corde au-dessus de la rue. Une conséquence c’est que les habitations ne sont pas suffisamment ensoleillées, ou peut-être c’était ça l’idée pour avoir un peu de fraîcheur.

Va suivre …