5. août, 2015

Mustiques

Qu’est-ce qu’il peut être plus banal qu’un moustique? Un être qui nous agace, qui nous accompagne dans les soirées humides d’été, qui nous fait parfois très mal et qui on tue avec plaisir …

On connaît 3100 espèces vivantes qui mènent leurs vies à proximité de l’eau surtout en climat chaud. Les moustiques font partie des insectes de la famille Culicidae, les plus nuisibles pour l’homme et les mammifères en général. Ils sont d’agents du paludisme, de la dengue et autre maladies mortelles. Le moustique a un corps étroit, long de 0.3 à 2 cm, le thorax bossu et les pattes fines. Culex SP. ont le corps parallèle à la surface sur laquelle ils sont posés, pendant que les Anophèles (transmetteurs de paludisme) on la tête plus bas que l’abdomen. Les mâles des moustiques se nourrissent avec de fleurs et les femelles sont hématophages. Elles ont une pièce buccale – la trompe (Stylets) – assez forte pour percer la peau des mammifères et des oiseaux. Le moustique femelle a besoin du sang pour extraire une protéine nécessaire à pondre les œufs à la surface de l’eau stagnante.

Le morceau de moustique nous produit une réaction allergique immédiate et locale, une partie de la salive d’insecte reste dans notre peau et produit une réaction cutanée de rougeur et la sensation de picotement. Plus on se gratte, plus la salive rentre sous notre peau et plus on va mal. Rarement existe de réactions locales sévères et étendu.

Pendant les siècles, à cause d’être piquée par des moustiques a répétitions, l’être humain a acquis une immunité naturelle, c’est pour ça que les allergies au moustique sont pas si répandu. Les personnes avec un risque élevé de réactions allergique et plus exposé aux piqures de moustique sont les travailleurs dans construction, les forestiers, les enfants, les touristes, les personnes avec immunodéficience ou de leucémie associée au virus Epstein-Barr.

On se méfie de moustique en évitant les zones autour des rivières, lacs, marécages, on porte de pantalons longs et blouses à manches longues. Dans beaucoup des zones du Québec il y a des gens qui se protègent la face avec un masque genre apiculteur.

On était piquer, qu’est-ce qu’on fait?

Bien sûr on va éviter à se gratter. On va appliquer sur la piqure un cube de glace, ou un peu de jus de citron (l’acide citrique va neutraliser la démangeons), ou de vinaigre, de l’huile essentiel d’eucalyptus, ou de citronnelle, ou tout autre substance qu’on trouve en pharmacie (sont à base d’ammoniaque).

Quel genre de personne le moustique va préférer?

Aucun. Le moustique n’ont pas de préférences ni sur le groupe sanguin, ni sur le parfume etc… C’est une question de métabolisme et de sueur. Notre transpiration nous est propre à chacun, plus on dégage de substance préférées par les moustiques plus on est attaquées. Ils peuvent sentir certaines substances à une distance de 50 mètres.

Comment on se méfie?

A part les vêtements énumérées plus haut, on va allumer des bougies de citronnelle, on va mettre sur notre corps (en arrière des oreilles, sur le bras, arrière des genoux …) quelque points de la meilleur chose au monde : l’huile essentielle de lavande … Facilement on peut mettre dans un pot une plante de citronnelle juste à côté de la porte. Les moustiques ne rentreront pas (j’ai testée ça, ça marche à merveille). Un autre choix est la lampe spéciale tueuse, avec la lumière blanche de stroboscope; elle attire tous les bibittes qui peuvent nous frustrées pendant les soirées dans la cour et les tuer par brulure.

Attendez-vous à tzzzz … plush … !

Si vous demander à gauche et à droite vous verrez, les remèdes ou la prévention contre les moustiques sont tellement nombreuses, pratiquement chaque maison a une, que vous ne savez pas quoi choisir … J’ai attendu tous sortes d’histoires, habille toi en orange, met dans la cour une ampoule jaune, mange de l’ail cru, boit pas de la bière, met pas de parfume, ne te lave pas … une plus drôle que l’autre.

Ici au Québec on a un problème plus grave qu’un moustique, un insecte qui fait vraiment mal « la mouche a chevreuil ». Ça c’est un être sans scrupules, qui morde et part avec le morceau. Te gratter? C’est rien. Tu as envie d’arriver à l’os, ça fait mal, ça brûle, ça pique a mort. Et c’est rien … Elle (la brulure …) revient et revient de semaines après … C’est atroce. Tout ça pour une personne qui ne pas allergique a la mouche.

L’apogée de cette mouche dépende de la région et du climat; humidité, chaleur ou froid … en juillet et août, dans les montagnes, forêts, lacs ou rivières leurs meutes sont présentes … Il faut se méfier.

Je vous souhaite un bel été sans morsures.