29. juil., 2015

Bebe Boumer - les eternels adolescents

Ça se parle beaucoup par chez nous, de la fameuse génération de « Bébé Boumer », et pas toujours avec des mots flatteurs a leurs égard.

Qu’est-ce que ce passe avec cette génération?

Ils sont mes aînés, des gens supposées à m’apprendre des choses, a prouver leurs sagesse accumuler eu fils des années, à faire preuve de leur calme et politesse. Et eux il prouve le contraire. Des éternels adolescents, pas de sagesse, pas de jugeote (comment on dit par ici), toujours sur les nerves, stressés, inquiets, impolis, pas de classe…

Quand le père (68 ans) de ML met sur son Facebook des photos des jeunes filles très légèrement vêtues, sa face sur le corps d’un jeune homme musclé et tatouer et il se vente avec ça, … je me demande; ou est la sagesse? Mais ça, ça dérange personne, peut-être seulement qu’il fait honte à ses enfants et à sa femme.

Une autre chose dérange la société, un fléau qui pullule le Québec depuis 3-4 ans, les « Bébé Boumer » sur des motocyclettes. Mais pas n’importe quelles motocyclettes, celles-là qui font plus de bruits qu’un Boeing au décollage, qui pollue l’atmosphère à leurs passages. Ils se promènent en gang, plus de bruit plus de malotrus. Ils dérangent tout le monde, le village sont tannées et de ville comme Granby on interdit leur passage chez eux.

Tout le Québec doit faire pareille.

Les « Bébé Boumer » sont tatouer, ils portent de percings, sont ridicules, vieux adolescents. Ils ont maux de dos, des rhumatismes, d’arthrose, et quand ils descendent de motos leurs douleurs s’amplifie …On entend souvent de ooo et aouuuu …

Ils sont en permanence en concurrence avec la jeune génération dans toutes les catégories. Ils fument du Mari, ils se percent les oreilles, ils se font du tatou sur la peau flasque, ils boivent, et mangent du fast-food …

Évidement qu’il y a des exceptions mais où elles se cachent? Je ne le vois pas …

Cette génération de « Pace en love » était supposer a préparer le terrain pour les prochaines générations, leurs survie, leurs bien-être, et eux au contraire ils ont pensés et ils pensent seulement à eux …

La transition inévitable vers l’éternel a disparu totalement de leur vocabulaire, elle les fait peur, les angoisse …