19. mai, 2015

Joyeuse fête de mères

Il y a une chose que j’aime a Montréal, c’est qu’on se sent libre de vivre la vie qu’on souhait et qu’on peut la transformer en réalité a tout moment. Il y a seulement une question de choix.

Pour cette fête de mères (c’est dimanche au Canada !!!) je me suis proposé de vous parler un peu de ma fille et de la mère que je suis. 

J’ai commencé à être une mère du moment où j’ai mis dans mes bras la première poupée, quand ma fille est venu au monde j’ai fait simplement de continuer. Jeune mère (j’avais 23 ans) j’ai porté mon bébé partout, chez mes amies, dans le campus universitaire, on aller à la montagne ensemble sur un coup de tête à 5 heure du matin … dimanche …

J’ai la chance d’avoir un enfant surdoué, l’enfant souhaité par toutes les mères de la planète, et comme bonus elle est ravissante. Elle a parlé à un an et demi, à deux ans on ne pouvait pas l’arrêter, français a appris en deux mois et ça ce n’est pas tout … Aujourd’hui elle continu à me surprendre avec ses accomplissements dignes d’un pro.        

Comment j’ai vu le rôle de mère envers mon enfant? Pour faire court : amour, vérité et liberté.

Cette liberté tranquille que je lui donner j’ai toujours souhaitée être pour elle un défi de réaliser ses propres choses, de pouvoir être débrouillarde et de réaliser l’impossible. Chose qui se produit … j’ai vu juste.

La vérité sur moi et son père était toujours primordial pour moi. L’enfant doit, a le droit, de connaître les véritable personnes que sont ses parents. Moi j’ai ne connaît pas mes parents même si j’ai vécu avec pendant plus de 20 ans. Je voulu que ma fille soit au courant de tout. En étant surdoué, de toute façon elle savait tout, il n’y a pas grande chose que tu pouvais lui cacher.

Être mère a était pour moi la chose le plus merveilleux que j’ai vécu, et ça continu. Je n’ai pas eu jamais de moment difficile avec ma fille, sauf quand elle tombait malade, en reste un rêve …

J’ai toujours pensé et maintenant plus que jamais je considère qu’être une bonne mère et avoir une grande carrière ça ne marche pas ensemble. J’ai eu de moments dans ma vie quand le travail occuper beaucoup de mon temps et toujours mes pensées voler vers ma fille j’ai sentais qu’elle m’échappe, qu’elle grandisse sans moi …

La leçon la plus étrange que je eu de la parte de ma fille, et je vous jure j’étais bouche bée, quand a 16 ans a réussi à résumait plus claire que jamais la vie de notre petite famille et le jeter dans la face de son père. Même lui ne revenait pas.

Mon souvenir le plus drôle avec ma fille (elle avait 8 ans) … une belle soirée d’automne de retour d’école elle me demande à manger des patates pilées … Pardon? Patates pilées … c’est quoi??? … avec ses petites mains, m’explique dans un tourbions des gestes le processus … aaa  tu veux manger du purée … non ?!! Pas de purée, des patates pillées !!! Ok, et je lui dis que avec des patates on fait de patates pillées et avec de pommes de terre on fait du purée. Elle a était tout à fait d’accord avec moi.                                                    

Ca été la première fois quand on a cuisiné ensable.

On a pris de pommes de terre – patates, on les a épluchées, on les a coupés, et on les a mis à bouillir dans une belle marmite bleu métallique avec des tresses argentées. 

Tous les deux on est parti dans le salon pour regarder un film. La port du balcon été ouvert. La télé directement à côté. Je ne sais pas dire après combien de temps on a senti pour la première fois l’odeur de patates bruler. Sourire aux lèvres ont commencent à se moquait du pauvre voisin qui brule son soupée. Et le sourire se métamorphose en rire sadique et on crève tout le deux de rire, en même temps que l’odeur devient de plus en plus persistante.

Sauf, quand la marmite sort un fumée blanchâtre qui s’échappe par la fenêtre de notre cuisine directement dans le balcon et évidement  commence à rentre dans le salon, là où ont se regarder yeux dans les yeux  et ont crient a l’unisson : C’est nous!

Ont étaient rentré dans le film, ont discuté avec effervescence et les patates ont été oubliées là où ont les a laissés, sur le feu.Cette fois si nous avons ri de bon cœur pour notre bêtise et ont a épluché d’autre patates …

Pour dimanche je souhait : Bonne fête a toutes les mamans !!! Soyez heureuse où vous serez et dites à vos enfants combien vous les aimez.