CHOCOLAT – HISTOIRE

 

Vers le 1524 l’espagnol Hernan Cortes de retour dans son pays natale, rapporte avec lui une sorte de fèves. Une fois en poudre mélangé avec de l’eau, les fèves se transforment dans une boisson amère. La reine et le roi ne l’apprécie pas.

A la fin du XVIe siècle quelqu’un ajoute à la recette du sucre et de la cannelle. Brusquement le chocolat chaud est né et apprécié. Passant pour une boisson aphrodisiaque le chocolat fait peur à l’Église et a l’État.

Si elle reste la boisson de riches, après la révolution industrielle en Europe, le chocolat va être commercialisé plus largement. Petit à petit la tablette de chocolat avec noisettes ou lait va faire son apparition dans les magasins. Elle va être vite associée avec le Noel.

Pour avoir une idée de comment le servait nos ancêtres, voilà ici une recette du XVIIe siècle :

700g cacao; 50g cannelle; 700g sucre; 14g clous de girofle; 14 graines de poivre du Mexique; 3 gousses de vanille; 1 poignée d’anis; 1 noisette de musc; de l’ambre gris; l’eau de fleurs d’oranger.

INSTANT # 60

A LA RECHERCHE D’UN AUTEUR – HANS CHRISTIAN ANDERSEN

 

« Ma vie fut un beau conte »

 

Les nuits de nos enfances commençaient avec : « Il était une fois ... » Les portes d’un autre monde de mystère s’ouvrait a nous … des pays lointaines, exotique, des princesses et des princes, fées et dragons, châteaux merveilleux et trésors, guerriers héroïques et méchants, tous faisaient leur apparition dans notre univers.

Les contes faisaient rêver pas seulement les enfants, mais leurs parents aussi.

Une vieille tradition en Europe veut que en hiver les anciens du village rassemblent autour d’un feu les enfants et leur parents, pour racontait un temps disparu, le temps des géants, des arbres qui parle, le temps quand le miracle était possible. Les contes on prit vie, le trésor des mythes et légendes de chaque peuple.

Il y a des écrivains qui animés par tous ces trésors on commencé à écrire les leurs.

En 1805 né Hans Christian Andersen a Odense en Danemark, dans une famille modeste, son père était cordonnier et libre penseur, il meure en 1816 a la guerre. Sa mère se remarie et Andersen quitte le nid familial pour aller à Copenhague, gagner sa vie.

Il commence à se produire comme acteur dans quelques théâtres. En 1822 obtient une bourse et commence ses études. La littérature le séduit.

Les premiers contes les publient en 1835 et il vit son premier succès. Il voyage beaucoup, surtout à Paris où il se lie d’amitié avec Victor Hugo et Cherubini. En Angleterre il va connaitre Dickens.

Ses contes vont rester emblématiques, des centaines d’années …Qui n’a pas pleuré pour « Le vilain petit canard »? Qui n’a pas paniqué pour Karl dans « La reine des neige »? Qui n’a pas haït la sorcière de « La petite Sirène »? …

La source de ces contes se retrouve dans la légende populaire, trésor des pays nordique (Ole ferme l’œil; La Butte aux elfes). Cependant son imagination est immense, ses personnages se multiplie et s’animent. Dans ce monde on cesse de se questionner, on accepte et on sorte émerveiller. Les histoires ce sont tellement promener que souvent on a oublié son auteur, elles deviennent la propriété du peuple de la Terre.

Demain pour les petits et les grandes dans la page de résumé vous trouver l’histoire qui m’a fait rêver tout mon enfance, une belle rencontre avec Hans Christian Andersen.

  • A PROPOS DE MOI

    Vous voulez me voir, vous trouvez ici quelques détails.

  • JOLIS MOTS

    En me promenant entre les page des livres, je trouve des mots qu'ils m’interpelle, ils sont la.

  • MOTS ET LIVRES

    Je vous propose de lire ... un livre par mois ... suivi d'un résumé a la fin.

(Appuyé sur les mots en rouge, ils vont vous guidé  vers les pages souhaitées.)

CARTES pour NOEL

 

J’ai créé ici une page spéciale Noël, les photos sont écrites avec des vœux de Noël et souhaits pour une heureuse nouvelle année. Vous pouvez appuyer sur chaque photo, la copier et sauvegarder sur votre ordi pour l’envoyer à tous que vous aimez. Si vous n’est pas capable, écrivez moi un email en bas de la page avec l’adresse de destination, le prénomme de la personne, la datte laquelle vous désirer que la carte arrive et bien sûr son adresse email. Je vais le faire à votre place. N’oublier pas le plus important le numéro de la carte que vous désire que j’envoie pour vous.

Amuser vous !

P.S. Si vous désiré personnaliser la carte je peux le faire aussi; écrivez moi!      

  • NOEL

    Appuyé sur le mot en rouge, il va vous guidé vers la bonne page.

PETITS BOUCHEES POUR NOEL

 

Je ne sais pas pourquoi mais toujours j’étais attirer par les entrées. Je inventée, j’ai ramassé … et chaque fête les entrées on était mes préférés.

Pour réaliser des petites bouchées il faut surtout utiliser votre imagination.

Vous avez besoin :

A)

½ baguette pain (en fonction de nombre des personnes)

100 g fromage à pâte ferme (tous les sorts de Bergeron)

Feuilles de bébé épinard

1 tomate

Gelé de piment doux

 

Vous coupez la baguette en tranches, les tranches en deux et vous superposer les ingrédients : pain, 1 feuille épinard, morceau fromage, carré tomate, et un peu de gelé de piment.

 

B)

Petits biscuit salé (de dizaines de variétés en épiceries, choisir à votre goût)

2 conserves huitres fumées

½ citron

 

Sur un biscuit vous mettez une huitre fumée et au-dessus un minuscule triangle de citron.

 

C)

Tartelettes aux champignons

1 boîte de petites tartelettes pas cuit

Vous faire cuire les tartelettes comme décrit sur la boîte, et après qu’ils se sont refroidi et prêt à le servir à table, vous ajouter les « Champignon et mayonnaise » la recette dans la page de ENTRE sur mon site.

 

D)

Pâte feuilletée au fromage 

450 g pâte feuilletée au beure

150 g fromage Feta râpée

2 œuf (ou trois ca dépende de grosseur)

poivre

 

La pâte est déjà en feuille, vous couper des carrés de 10 cm/10 cm approximativement. Vous mélanger le fromage avec 1 œuf et un peu de poivre; dans chaque carré de pâte vous mettez une cuillère à thé de mélange. Vous collez les bords pour former un triangle et avec un pinceau vous badigeonnez avec œuf battu. Cuire à 350F jusqu’ils sont dorés et servez les chaudes.

E)

Sushi

Des bouchées esquisses. La recette est dans la page RECETTES-ENTRE  sur mon site.

 

F)

Escargots à l’ail et canneberge.

1 conserve escargots

1 grosse gousse d’ail

1 cuillère à soupe de beurre

1 cuillère à soupe des canneberges séchées hachées

30 ml jus pamplemousse

Sel, poivre

Œuf des poissons orange ou noir

4 cuillère en céramique style soupe chinois

 

On va cuire dans beurre les escargots avec l’ail écrasé. On retire du feu et on mélange les autres ingrédients, canneberges, jus pamplemousse, sel, poivre. On va servir dans les cuillères céramiques décorées avec un peu d’œufs de poissons.

  • MOTS LIENS

    Je parle, j'écris, ... quelque part il faut les ramassé ...

  • RECETTES

    mmm !!! ... toujours les même plats? … ici vous trouvez des nouveaux idées. Conçu spécialement pour les débutants.

  • INSPIRATION PHOTOS

    Photos d'instants passé ... images qui m'ont plu ... des super couleurs

LES CADEAUX DE NOEL

 

Chaque année on est bombardé par des publicités, que c’est à la télé ou sur internet, tous veulent nous vendre. Cadeaux, cadeaux, cadeaux, … mais combiens arrivent dans les poubelles, comme il disait le Grinch, … beaucoup. Faire des cadeaux a Noel est devenu le but ultime de cette fête religieuse; que certains essaient de justifier autrement (comme réunion famille, le temps de réconciliations, …).

Combien entre nous connaissons vraiment la vraie histoire de Noel? Quelque part il y a un non-sens, on est athées mais on fête la naissance de Jésus Christ; on fait des soupés fastueux, on se réjouit de cette journée, on a même congé de travail … Donc le but ultime sont les cadeaux; on fait et on reçoit. Comment on peut sortir honorable de cette obsession …       

La meilleure chose à faire est de rester impassible en face des publicités. Garder toujours un recule en face de spéciaux sauf si vous connaissez vraiment le prix pendent l’année si non presque toujours on se fait avoir. Petit anecdote : mon cher MAC cuisine et il détruit une de marmite. On y va dans une petite boutique qui vende des objets de cuisine venu en général d’Europe et d’une très bonne qualité. On achète une grosse marmite antiadhésive, belle, qualité …  Deux mois plus tard la petite boutique annonce la fermeture et un rabais de 70% sur tout le magasin (ca fait un an de cela et le magasin n’est pas encore fermé).  J’y vais, ils ont de merveilleux verres de vin en cristal … et dans le ranger des casseroles, un prix m’attire attention, une marmite deux fois plus petit que celui-là que j’ai acheté deux mois avant, coûter deux fois plus que la mienne … Ça c’est seulement un exemple de publicité mensongère, la plus parte du temps on se rende même pas compte.

On revienne, en conséquence grande attention aux publicités et aux rabais de dernières minutes.

La grande mode, l’achat sur internet. Là il faut mille fois attention. Beaucoup des choses achetées sont des mauvais qualité, pas toujours identique avec les photos exposées. Il faut bien choisir les marques, le magasin ou la compagnie. Sécuritaire sur internet sont les sites qui on aussi de magasin réelles, au moins si tu te tromper tu peux aller en magasin changer, retourner …et ça ne te coûte rien. Si non, attention toujours le retour des marchandises c’est vous qui le payer (il est déduit du prix qu’ils doivent vous retourner).

Si toujours vous voulez acheter sur internet, choisissez l’objet, regardé éventuellement la table des tailles, les conditions d’échange et retour, la livraison et à la fin une grande recherche Google qui peut vous être utile pour voir d’autre prix de cet article, peut-être ailleurs il est moins cher.

Je ne parle pas à travers mon chapeau, j’ai essayé l’internet et je n’étais pas toujours contente des achats que j’ai faits. Donc je me suis résumée à acheter sur internet seulement de livres, là il n’y a pas de grande danger. En reste, j’y vais dans les magasins et je touche les matériaux, je pose des questions.

On revienne aux cadeaux. Qu’est qu’on fait cadeaux cette année? Vous connaissait bien la personne? Si non, abstenez-vous d’acheter des choses très personnelles, même une livre n’est pas un beau choix.

Je suis pour les objets pratique ou à manger, au moins il n’arrive pas dans la poubelle. Exemple ma belle-fille Jess (je vous ai parlé d’elle aux portraits sur ce site) fait des cadeaux aux filles cette année de petits gâteaux au chocolat dans des pots subliment ornée par elle.

Moi, plus mémé je vais faire des biscuits aux chocolat et je vais donner d’argents. Plusieurs années j’étais pour la surprise, mais depuis un certain temps j’ai renoncé, j’ai renoncé à courir comme une poule sans tête au dernière minute (le 23 décembre) pour acheter n’importe quoi et n’importe où, je me suis calmer.

Au début de cet essai je voulais vous faire en réalité une liste avec des idées cadeaux pour Noel, et au fur et à mesure que j’écrivais tout a pris une autre tournure. Quand mémé je vous donne ma liste des livre préférais de cet année peut-être ça va vous inspirer.

 

Édith Butler -  Lise Aubut

Wildwood – Johanne Seymour

Crime a librairie – Collectif

Simsion Graeme – Le théorème du homard

Georges Simenon – L’affaire Saint Fiacre (seulement chez Québec Loisir)

La biographie de Gérard Depardieu – Ca s’est fait comme ca

Marc Levy – Une autre idée du bonheur

Stephane King – Docteur Sleep

BOISSON POUR NOEL

 

La boisson que vous propose aujourd’hui était une boisson très rependu en Roumanie dans la saison froide. Le plaisir est de la boire en belle compagnie (surtout entre les filles) pendant l’hiver, dans des soirées gelé et enneigées. Ma maman nous servait en petit tasse bleu que j’aimée particulièrement.

La base c’est un vin rouge, de genre lourd et noir.

Moi j’utilise un vin roumain « Feteasca Neagra » 2009 que vous pouvez acheter a la régie d’alcool d’Ontario (LCBO). Le vin a 13% alc. ; comme il est un vin qui se bois a la température de la pièce, il fait très bien notre affaire.

 

Vous avez besoin de :

750 ml vin rouge

3 cuillères à soupe de sucre (ou plus au goût)

1 petit orange

5 clues girofle

4 graines de poivre

1 cuillère à thé de cannelle

bâtons de cannelle pour la décoration

 

Dans une casserole ajuter le vin, le sucre, 4-5 tranches fines d’orange, les clues de girofle, les graines de poivre, la cannelle. On va le mettre sur un feu moyen jusqu’à l’ébullition, on mélange; si le sucre est totalement dissous laissait bouillir encore quelque seconde et retirer du feu. Si on laisse plus on risque d’évaporer tout l’alcool.  

Servir dans de belles tasses avec un bâton de cannelle et une tranche d’orange, en belle compagnie.

A votre santé !!!

LES FAVORITES DU SITE

  • CHOIX DE LECTURE

    Vous ne savez pas quoi lire? Aller dans cette rubrique vous trouvez un livre qui vous plaira.

  • MES MOTS

    Des essais ... des sujets ... d'histoires ...

  • RESUME

    Inspirez vous pour vos choix lecture ...

DEGUSTER LE VIN

 

Les fêtes de fin d’année arrivent à grands pas. Avec ces occasions tout le monde achète du vin, se pour ça que je me suis proposer d’explique un peu (débutant) l’art de déguster le vin. Donc je ne veux pas faire ici une histoire du vin, ça prend des pages et des pages, je veux parler seulement comment on peut développer notre goût pour le vin, une chose qui est à la portée de chaque ’un de nous …

Le vin est né avec l’humanité, il a cette vertu de rassembler les hommes, parfois symbole religieux (le sang du Christ), indissociable de la littérature (Victor Hugo disait : « Dieu n’avait fait que l’eau, mais l’homme a fait le vin »), depuis toujours en tandem avec l’art, constamment il fait partie de nos vie.

Gérard Depardieu disait : « Le vin, ce n’est pas l’histoire … non, le vin, c’est la vie, de la nourriture, de la transmission, de l’échange. Le vin, c’est un miracle … C’est aussi l’expression de la transmission orale, du mystère, des origines, de la croyance, du dicton. »

Le Riesling, le Bordelais, la Bourgogne, la Champagne, le Coteaux, le Muscat, le Chardonne, du Porto, le Sauvignon, tous des vins venu de partout sur la Terre, un sec l’autre sucré, de blancs légers, rosé, riche, rouge muté … de milliers des saveurs et goûts.

On attend les « experts » s’exprimer dans un laquage qui remplit leur bouche d’une importance qui n’a pas de place. Le goût est personnel, les papilles aussi.

Apprendre à goûter un vin pour usage personnel prend quelque habitude.

Le lieu – la température max de 20 C, lumière du jour, pas des odeurs (fuir la cuisine), pas des cigarettes et fumé, ni même des parfums sur soi.

L’alcoolique ne peut pas faire des dégustations, il ne ressent rien, il boit trop vite et ses neuro-capteurs fonctionnent mal. Il se trompe toujours, le mauvais vin lui suffit.

Le verre – incolore, forme de tulipe, disposé sur une nappe blanche.

Le temps – avant les repas, fin de matinée ou le soir.

 

La technique de dégustation est un exercice. Pour arriver à le maîtriser il faut la pratique. Le plus facile est de vous promener en été dans des vignobles ou la dégustation est en tout le temps présente.

 

En premier, on va faire un examen visuel. On regarde la limpidité, tout signe de trouble suppose une maladie. Sauf les vins très âgés qui peuvent avoir des dépôts.

Mon grand-père disait en regardant un bon vin blanc dans la lumière : « regarde Christinel comme il est beau, il a la couleur de l’huile ».

La brillance on l’observe en portant le verre dans la lumière incliné à 45 degrés. Il peut être vive, scintillant, terne ou dépouillée (sobre, épuré) …

On rentre un peu dans les termes.

La robe – est la partie supérieur du vin dans le verre, elle nous dit si le vin est jeun, vieux ou seulement évoluer.

Le vin blanc – la robe très pale, presque incolore dénote un vin jeun, la robe jaune moyen le vin est seulement évoluer; la robe cuivré –or démontre un vieux vin.

Le vin rouge – vin jeun – la robe est pourpre violacée;  rouge cuivré vin de petit garde et rouge –brun de vin âgé.

La richesse en alcool.

Mon grand-père tournait le verre pour voir comment le vin descend sur les parois, si il laissait des traces le vin était riche en alcool, un vin gras. Un excellent vin, Christinel !

Le nez – on sent le vin.

Ici ça commence la différence entre les personnes. L’odorant du vin est perçu différemment d’une personne a l’autre. Il y a des différences d’exercice, de culture, de la finesse du nez; je fais partie du genre je peux découvrir des odeurs a la molécule prêt.

Quand on parle d’odeur on parle de bouquet.

Le bouquet on le ressent de deux manières, sans agiter le vin et en agitant le vin dans le verre. Maintenant avec le nez plongé dans le verre tulipe, on essaie dans les deux cas d’attraper plus d’arômes et de les associer avec des odeurs connues et mettre les mots là-dessous.

Le plus important (d’après moi) est l’examen gustatif qui lui aussi est propre à chaque personne. Il est tellement intime que il n’y a personne qui peut m’imposer un vin que je n’aime pas, mais qui plait aux autres seulement parce qu’un « expert » a dit …

On prend un petit gorgé de vin dans la bouche et on le mâche. On aspire un peu de l’aire. Retro-nasale on va ressenti de nouveau son odeur (son bouquet), la salive va accroitre notre bonheur gustatif. Les arômes des fruits sont amplifiés.

Les « experts » disent de cracher le vin.

Comme on n’est pas des experts je vous dis avalé le. Vous l’aimé? Ça c’est important.

Au moment de la dégustation dans notre tête, on devrait imaginer et garder le goût et les odeurs ensemble; le vin est sucré, salé, amer, aigre, astringent, il est pétillant, fruité, boisé …Le vin rouge contient souvent des tanins, pour le reconnaitre il faut vous imaginer quelque chose de amer mais pas trop …

Pour nous les débutants c’est important d’exercer si on veut arriver à reconnaitre les caractéristiques des vins. Le goût se travail, il évolue.

Dans les vignobles écouter les présentations, souvent ils utilisent des mots qu’on ne comprend pas; demandez c’est comme ça qu’on apprend.

Par exemple un vin boisée ça veut dire qu’il est resté pour se maturé dans un baril de chêne qui va lui prêter son goût, de ou il est boisée. Pour savoir il faut gouter.

Si on peut assortir un plat avec un vin, le plus difficile, j’ai remarquée, c’est d’accorder un fromage avec un vin.

J’aime un sorte de fromage, j’aime un sorte de vin, mais rien ne peut pas nous dire que l’ensemble ça va marcher, souvent l’association dans la bouche n’est pas plaisante, parfois même dégoûtante. 

Le mieux qu’on peut faire c’est d’essayer d’associer le fromage et le vin de la même région du pays. Parfois on peut retrouver même des indications à ce sujet a cause que les fermiers travail pour développer les produits qui se maries bien.

La leçon la plus merveilleuse d’essayer à goûter un vin, même si on n’a pas d’expérience, est donnait par le Dr. Henri Joyeux (France) qui nous explique :

On prend un demi-carré de chocolat Omégachoco à 20-24 C, on doit bien le sentir, le humer, le mettre dans la bouche, ou on le garde pour une minute entre la joue et la gencive. On l’amène entre les dents antérieures et on le pétrisse sur le palais; tout suite on prend un gorgé de vin et on les mélanges.

Les sensations sont inimitables.

A ce moment instantanément le mauvais vin vous le refuser et le bon vous donne le plaisir d’un merveilleux goût. Vous prenez un autre petit gorgé de vin, vous le passé de haut en bas et sur les côtés enfin de mieux apprécier les arômes naturel.

 

Pour savoir – nos papilles se renouvellent tous les 10 jours et l’odorant tous les trois mois.

 

Bonne dégustation !!!

 

 

La première bouteille d’Édith Butler :

« J’ai ouvert la bouteille et j’ai regardée respirer …avant de verser un peu de vin dans un verre translucide afin d’admirer la robe et la longueur de la jambe de mon Chambertin. Puis j’ai humé ce nectar à plusieurs reprises pour tenter d’en distinguer chacun des arômes. Quand enfin j’ai osé porter le verre à mes lèvres, il y a eu comme un coup de foudre! Le vin était le résultat de l’Art et de l’Histoire. C’était de l’Art en bouteille! » Lise Aubut