Budget

Depuis que le monde est monde chacun de nous calcule méticuleusement ou non, ses argents par semaine ou par mois en fonction de ses besoins.

Dans le temps ou la carte de crédit n’existe pas, tout était calculer autrement, il n’y avait pas de plan B. De où je viens, le mot budget ne faisait pas partie de notre langage, mais le principe était bien appliquer la plus par de cas (ou presque toujours) par la maman de la famille.

Aujourd’hui le budget est sur toutes les lèvres. Il y a même des économistes qui donnent des leçons (a de prix exorbitants) de comment gérer les argents, faire des économies … les transformer en élastique parce qu’il n’y a pas en réalité beaucoup :-)

Quand on a un salaire stable, faire un budget c’est ne pas si difficile que ça. Il faut un grand agenda où chaque dépense majeure (comme hypothèque, taxes de ville, frais de condo, paiement d’auto, assurance etc…) est bien noté avec sa date de présomption pour chaque mois de l’année. Au fur et à mesure qu’on paye on note. Rien n’est oublié.

Au Québec il y a une légende urbaine qui circule depuis log temps, elle dit que : le salaire pour une semaine doit être égale ou plus grand que les argents qu’on paye par mois pour la maison (que c’est l’hypothèque ou le loyer). D’après moi si c’était vrai je pense que presque tous les habitants de Montréal vivaient sur la rue.

Le salaire ne monte pas en même temps que nos dépenses courantes. On vit au-dessus de nos moyens? Pour savoir je vous propose un exercice facile. On choisit un mois et on note avec exactitude toutes nos dépenses, même si c’était 1 $ pour gonfler les pneus, tout … on ne triche pas.

Après cette mois d’essayage on peut voir si on est financement apte ou inapte – voire on dépense plus qu’on gagne ou non? Si le résultat est négatif il faut couper quelque part.

J’ai remarquée pour moi-même que si je me serre pour un mois, j’ai réussi à payer de vieilles dettes qui trainaient et les dépenses que j’ai coupées en réalité n’étaient pas existentielles (vin, chocolat, livres). J’ai choisi le mois de mars. Je ne sais pas psychologiquement ou pas, je n’ai pas beaucoup dépensée pendant cet exercice.

Une autre habitude à adopter c’est le zéro du compte bancaire. Le zéro du compte bancaire ne doit jamais être zéro, il faut que vous accumuler (même dans un long période) un petit coussin, que vous ne devrez pas toucher, sauf en cas d’extrême nécessité.

Les tentations sont grandes de nos jours et il faut être plus fort qu’elles. Peu à peu le désir matériel doit s’estomper laissant place à des idées plus nobles.

Choix littéraire

« Une maison de poupée »

de Henrik Ibsen 

Personnages : Torval Helmer; Nora Helmer; Rank; Madame Linde; Krogstad

 

Artiste consacré dramaturge et peintre, Henrik Ibsen a marqué le théâtre norvégien devenant le seul véritable écrivain classique du pays du Nord.

Issu d’un milieu bourgeois il s’intéresse à la politique, au syndicalisme et au socialisme norvégien qui naissait à cette époque.

Les thèmes de ses pièces de théâtre varient beaucoup. Il s’inspire de la vrais vie, du meurs de son temps, il critique l’injustice et donne raison à la logique. Le thème de la famille norvégienne, l’amour de deux hommes pour une seule femme, sont de sujets qui reviennent beaucoup.

« Une maison de poupée » que je vous propose aujourd’hui à lire est une pièce de théâtre inspiré d’un fait vécu. La condition féminine de cette époque – 1880 – est très bien mise en lumière. La femme existe pour : enfants, église, cuisine, mais elle n’existe pas comme personne entière.

Le personnage Nora, bonne mère, aimante épouse, commet l’irréparable. Elle emprunte d’argents à un usurier pour sauver la vie de son mari, Troval Helmer, malade. C’est le secret qu’elle garde jour et nuit pendant 8 ans, jusqu’à ce veille de Noel, quand elle le partage avec une amie de longue date, madame Linde, revenue ce soir-là en ville après la mort de son mari.

Nora a peur que son secret arrive aux oreilles de son mari. La honte. Trahison, chantage, amour interdit, tout y ai. Femme moderne et avant son temps Nora se rebelle. Elle se rebelle contre sa condition de poupée dans la maison de son mari, contre les lois et l’ordre d’une époque qui doit disparaître. Elle veut exister !

 

Bonne lecture !

Chaque lundi - une recette

Bruschetta aux champignons

 

Inspirer par la bruschetta originale, remplacer les tomates par champignons voilà, une garniture qu’on peut utiliser comme tel dans les pâtes chaudes ou froid, sur des tranches de baguettes, sur de pain Nan et mis au four avec du fromage – une excellent simili-pizza …

 

Vous avez besoin de :

500 g champignons (blanc, a café, pleurotes, shiitakes, bolets jaunes) –des champignons fraîche ou sèche hydratées

400 ml l’eau (simple ou de la hydratation des champignons)

10 grains poivre

8 grains piment de Jamaïque

30 ml vinaigre balsamique

½ jus d’une lime

1 c. à café miel

2 feuilles de laurier

1 c. à thé thym haché

20 ml whisky

100 ml huile d’olives

4 gousses d’ail écrasé fin

1 c. à thé persil haché

poivre moulu

20 feuilles basilic haché

 

On va nettoyer, hydrater les champignons qu’on a. Moi j’ai utilisé une partie de champignons fraîche (blanc, à café et pleurotes) et pour le reste des champignons sèche hydratées et très bien pressées pour éliminer presque tout l’eau.

On va couper tous les champignons en petits morceaux comme haché au couteau si vous voulez, on le met dans une marmite sur le feu douce. On ajoute l’eau, poivre en grains, sel, piment de Jamaïque, vinaigre, feuilles de laurier, thym, jus de lime, et le whisky. On mélange bien et cuit à feu douce jusqu’il n’y a plus de liquide dans la marmite. Tout le liquide est parti, les champignons sont cuits, on enlève du feu et on laisse se refroidir.

Tièdes vers froids on ajoute les autres ingrédients, l’huile, l’ail, le persil, poivre moulu au goût, le basilic haché. On mélange bien. On le garde dans bol avec couvercle ou un pot dans le frigidaire jusqu’à demain quand le mélange est prêt à être manger.

Bon appétit!

Rio de Janeiro

La capitale du Brasil, Rio de Janeiro, est construite au fond d’une baie qui a reçu le nom de Rio, ou rivière, du navigateur Martin Alfonso de Souza. Il crut d’abord y voir l’estuaire d’un grand fleuve et il lui donna le nom de Janvier parce qu’il la découvrit le premier jour de l’année 1531. En sorte que la traduction du mot est « Rivière de Janvier ».  

Polaroid – Instax Mini 8

Ma première photographie couleur j’ai le eu à l’âge de 18 ans quand une de nos collègue de lycée est venu à l’école avec le Polaroid de sa tante fraîchement venue des États-Unis. Elle nous a fait une photo à chaque de ses amis.

Miracle, la photo en papier sortait toute seule et à la lumière de quelques minutes nos têtes apparaissaient sur le papier épais carré.

Je ne vous dis pas quel air débile j’ai. Mon cheveux frisé, évidement que ni cette fois ni jamais d’ailleurs, ne reste comme je le veux. Une longue saucisse frisée au milieu du front, une robe rouge et blanc, genre les napperons de maman, une position supposer ironique ou blagueuse peut-être … wash … ma première et la seule photo couleur que j’ai dans cette période de ma vie est un désastre.

Mais ce jour-là, je suis tombé amoureuse de cet appareil grisâtre nome Polaroid.

J’ai toujours voulais avoir un et …trop tard quand je me suis réveiller la compagnie ne le produisait plus (2007).

A Noel, ma chère fille m’a fait cadeau un INSTAX MINI 8 rose bombons, le nouveau « Polaroid » crée par Fujifilm. J’ai été et je suis folle de joie pour ce petit joujou tellement que jusqu’à aujourd’hui je n’ai ne pas fait aucune photo. Comme de cette première photo dépendent tous les autres à venir. La seule pensée qu’avec une clique et c’est décider a jamais l’instant qui va apparaître sur le papier, et ça ne me donne pas envie de le faire. Avec l’appareil numérique j’ai clique de dizaines de fois par minute et je choisie une … mais avec le MINI 8 ce n’est pas pareil. Je ne trouve pas un sujet digne de cette première photo. C’est fou mais c’est ça. Il est dans sa boîte et jusqu’à la première bonne idée il restera là.

Quelque mois plus tard.

Mini vacance de Paque en mars coïncide avec l’anniversaire de mon MAC. Parti dans le Fjord, je décide que la première photo va immortaliser le paysage bucolique de L’Anse Saint-Jean. Je me prépare, j’ai décidé l’angle … j’appuis sur le bouton. Puis tranquillement la photo sort, j’attends le développement … puis elle est blanche encore … je me demande si ce n’est pas trop froid dehors … je la cache dans le sac … en fin il y a des ombres …. Surexposer, une lumière aveuglante à cause de la neige, la  première photo de mon mini 8 est un fiasco. La prochaine pareille … puis tous identique.

J’attends encore la lumière propice pour sortir quelque chose que je peux nommée d’acceptable. Pour faire de photos a une distance très rapprocher oubliez, l’erreur de parallaxe est tellement grande que pratiquement on doit bouger l’appareil sur deux axes a une distance relativement grande mais pas vérifiable.

En conclusion le mini 8 est un jouet avec lequel on doit jouer beaucoup pour arriver à une qualité certaine. Quand même on peut faire de photos sans prétentions pour des souvenirs fugaces.

En été la lumière est meilleure pour mon Mini et en fin la belle photo est sortie … MAC de dos sur la Rivière Rouge. J’adore mon Mini 8.

Joli mot # 123

« Le cerveau peut recevoir des conseils, mais pas le cœur, et l’amour, n’ayant pas de géographie, ne connait pas de frontières »

Truman Capote

(Domaines hantés)

Village médiéval

Une petite promenade de dimanche cette été, nous a amené a rencontrées un village médiéval.

A ce moment je me suis rendu compte que j’ai vu un reportage à la télé ou parler de lui. Ici chaque weekend (ou presque) il y a des gens costumées avec des habits de moyen âge qui passent des moments ensemble, vivant comme dans cette époque.

Je vous laisse en compagnie des photos que j’ai pris … (la place été vide ce jour-là mais, la grande porte entrouverte) …

Bon weekend !