Umami

Vous savez c’est quoi l’UMAMI ?

UMAMI est une substance chimique qui est considérer comme le 5-em goût.

L’origine du nom vient de japonais qui signifie « savoureux » et a été adopter dans tous les langues.

UMAMI désigne le goût donné par des glutamates et de nucléotides (L-glutamate et guanosine monophosphate GMP, inosine monophosphate IMP). Pour faire une histoire courte et pour que tout le monde comprenne, ces molécules sont composer des plusieurs groupes phosphate attacher au SUCRE !!!

Dans l’UMAMI notre langue ressente le carboxyle du glutamate et là, le miracle se produit, on le veut encore et encore, et on mange, on mange et on le désire … impossible à lutter contre lui et plus on cherche son goût dans les repas plus on mange mal.

Le UMAMI est ajouté dans tous les plats préfabriqué de manière industrielle qui on peut acheter en épiceries, fastfoods, certains resto.

Il est comme un drogue, il nous rende accro, il crée la dépendance.

Joli mot # 64

« De tous les dons des fées, le goût de la lecture, est le plus précieux. »

 

Marie – Dominique Lelievre

Café – histoire

Légende perdu dans la nuit de temps le mythe de la découverte du café est attribuer à Kaldi le berger.  Vers ou pendant VIII siècle, un berger qui garder ses chèvres dans les hautes montagnes du Yémen, remarque l’étrangéité du comportement des animaux. Proches d’un buisson aux baies rouges, les chèvres on consommées les fruits et ont devenu tellement excitées, qu’elles étaient incapable de se reposer. Le berger parle de ces fruits miraculeux aux moines du monastère de Chahodet. Les moines préparent avec les noyaux  une infusion qui les revigore. Les baies rouges sont dénommées Kawah (vitalité, force). La légende dit encore que les moines on laisser tomber par hasard, une branche avec des fruits, sur un feu, l’arôme de « Kawah » brulé les a enchantés. Ils prennent les noyaux brulés et le transforme en poudre, plus facile à faire leur boisson. C’est comme ça qui né la torréfaction.

Une autre légende dit que le café a l’origine en Éthiopie au Kaffa. Ici les gens brulés les noyaux, écraser en poudre et la poudre l’utiliser pour crée des galettes et une infusion.

De quoi on peut être certains, c’est que les premières café ont était bu par un perse et un arabe.

La production mondiale du café a l’origine dans le commerce hollandais. Les hollandais volent des grains à Moka (un port au Yémen) et les vendent à Ceylan, Inde, Java. Les français font la même chose et les graines atterris dans les Antilles. Chez nous au Canada, le café arrive en même temps qu’aux États-Unis vers 1689. A cause des grandes taxes mis sur le thé par la couronne britannique *, le café monte en popularité.

Le goût du café évolue avec le temps, grâce aux horticulteurs, au sol et aux conditions climatiques, aux mélanges des espèces.

Il existe deux sorte de buissons de café, le coffea arabica (café arabica) et le coffea canephora (café robusta). Le caféier, peut vivre jusqu’à 60 ans, pendant sa vie il va donner 3Kg de fruits chaque année. Qu’est qu’il a de bizarre, c’est que les fruits – la baie rouge – fait son apparition seulement 6-9 mois après les fleurs. La cueillette est faite toujours à la main.

La baie est lavée et séchée, le noyau est séparer de la chaire rouge. On passe après a la torréfaction, l’étape la plus importante du processus. Les grains son bruler dans des grilloirs spéciales qui assure un grillage uniforme a la température de 1200 C. Pendant la torréfaction les espagnols ajoute aux grains du sucre, les italiens du beurre.

Le café est produit par plus de 70 pays. De l’Afrique – Éthiopie, Angola ou Côte Ivoire, a l’Amérique – Brésil, Colombie, Mexique, le café arrive même au Vietnam.

Le café du Salvador a le goût du sucre et caramel, celui-là de l’Éthiopie le goût du thé, au Kenya elle pousse sur les montagnes Aberdare et son goût prend des arômes de pamplemousse et miel. Le café d’Indonésie a une particularité, le goût est de terre et tabac; c’est ici qu’il y a le plus chère café  - Kopi Luwak, qui est produit de baies mangé par un petit animal qui vit entre les caféier et qui ne le digère pas, il les rejette intactes dans ses excréments. Apparemment, les baies sont soumises au processus chimique de la digestion sans être détruits, le goût obtenu est unique et très rechercher.

Le première resto-café, est apparu à Vénice en 1640. En France en 1669 à Marseille et en 1672 à Paris. Aux États-Unis à Boston en 1689. Aujourd’hui des milliers et milliers pullule le Globe terrestre. Le café est la boisson la plus bu.

Vous voulez boire un café un peu diffèrent de qu’est-ce que vous buvez d’habitude? Voilà une recette ! C’est une recette ancienne qui a les origines en Turquie. La seule chose que j’ai changée est la source de chaleur. A l’origine le turque chauffer l’eau sur de sable bouillant. Comme on ne peut pas avoir ça, voilà on revient à nous fourneaux classiques.

Vous avez besoin de :

150 ml l’eau

1 c. à café sucre blanc

1 c. à thé pleine du café finement moulu

Vous mettez l’eau et sucre dans un petit chaudron et vous amener à ébullition. Vous enlevez du feu, ajoutez le café mélangé. Attention elle mousse !!! Vous remettez le chaudron sur le feu (petit) et avec la main sur la manche vous attendez que de nouveau la boisson mousse; elle mousse vite et déborde vite. Vous enlevez du feu. Servir dans des belles tasses anciennes ou simplement votre tasse préférée. Avant boire laisser reposer 1 minute. Si désiré vous pouvez ajouter un nouage de lait.

Au final la légende dit que … pour finir bien la journée, après que vous avez bu le fluide fumant, vous retournez la tasse sur la soucoupe et laisser sécher un laps de temps. Avec courage vous demander à une diseuse de bonne aventure de vous lire le futur …

Weekend Inspiration #24 - Les Iles

Weekend Inspiration # 24-1

Weekend Inspiration # 24-2

Chaque lundi - une recette

FETTUCINE  AU  POULET  ET  TOMATES  CERISE 

Les pâtes sont toujours bonnes, une recette de plus, voilà :

Vous avez besoin de :

(6 portions)

400 g pâtes fettucine

2 poitrines de poulet cuit

400 g tomates cerise (deux casseroles)

huile végétal

3 grosses gousses d’ail

poivre, thym, persil

½ c. à thé de concentré en poudre de bouillon de poulet

fromage râpée

On va bouillir les pâtes à notre goût. On fait cuire dans l’huile les gousses d’ail coupées au couteau en petit morceaux et les tomates entières. On cuit au feu vif quelques minutes jusque, la pelure sur les tomates frise. On ajoute le poulet, la poudre de bouillon concentré, poivre, thym. On mélange avec grand attention pour ne pas casser les tomates.

On va servir les fettucine avec quelque cuillères de mélange, finaliser tout avec du fromage râpée et persil haché.

Bon appétit !!!

Instant # 73

La Griffe

Célèbre tailleur anglais Charles Frederick Worth (1825-1895) est le père de « la griffe » et de la « haute couture ».

Ses œuvres de luxe était porté par l’aristocratie du temps; Sissi, Eugénie l’épouse de Napoléon II, Élisabeth d’Autriche été ses clientes.

Fabriquer en tulle de soie, les robes étés broder au fils d’or et étiqueter avec la signature du créateur, comme s’agissait d’une œuvre d’art.

On était en 1860.

L’étiquette sur les vêtements est née. L’aristocratie européenne achetait seulement des habits « griffée ».

De nos jour, tout qu’est-ce qu’est « griffée » est considéré luxe et qualité.

Joli mot # 63

Choix literaire

THOMAS EDISON

« Le royaume de l’au-delà »

 

« La machine parlant de Thomas Edison met donc au jour un trouble … Elle nous fait littéralement entendre des voix … »

 

Aristote disait que « aucune des êtres inanimées ne possède la voix » mais, la machine necrophonique de Edison bouleverse la philosophie, elle nous fait entendre de voix de l’autre côté de la tombe.

Le vieux rêve de l’humanité, l’immortalité de l’âme est prouvé?

Thomas Edison à travailler un certain temps a la construction d’un appareille, capable de prendre le contact avec les esprits. Il dit que la science doit s’occuper plus de ce sujet et d’arrêter de le considérer comme mystérieux ou occulte. Il se basait sur l’affirmation que notre personnalité perdure après la mort.

Si il a réussi ou non, vous l’apprenez si vous lisez « Thomas Edison – Le royaume de l’au-delà » qui est sorti en librairies récemment.

« Le royaume de l’au-delà est la 8em partie de l’autobiographie de Thomas Edison quia a était publier seulement dans l’édition de 1948. Les éditions suivantes (en anglais) omets la dernière partie.

L’édition qui a parvenu jusqu’à nous, c’est la traduction français fait par Flammarion en 1949.

Edison nous parle de l’âme, sa survie, l’origine humaine, notre mémoire, il parle du spiritisme et de la communication avec les morts. Pour tous ces sujets il a des idées très novateurs et arrêter.      

Bonne lecture !

Jardin de Mai

Jardiner fait beaucoup bien mentalement et physiquement. L’été, arrive à grande pas et nous, on met nos pots des épices.

Pour quelqu’un qui n’a jamais jardiner, commencé avec les petits herbes aromatiques pour usage personnel est la meilleur chose à faire.

Au début, il ne faut pas voir trop grand, on débute avec quelque pots pour avoir plaisir et ne pas être débordée. On réfléchit bien à ce qu’on souhait cultivé et surtout récolter. Même si on a un grand court et d’espace à cultiver, les fines herbes se sentent mieux dans les pots.

Quel pot choisir? Il y a plusieurs critères : les matériaux, la forme, la couleur, la taille, le volume …

Les pots en terre cuite : nous amène une décoration rustique mais, sont lourdes, fragiles et chers. Ils sont sensibles au gel, donc il faut les entreposer à l’intérieur pendant l’hiver. Sont avantageuse à cause de leur porosité qui permet à l’oxygène d’arriver aux racines et à l’eau de sortir (s’évaporer). Les pots en terre cuits, demande à cause de leurs porosités, un arrosage plus coutumier. Ainsi sont parfait pour les plantes qui aiment un sol sec ou un peu humide et pour les jardiniers qui aiment noyer leurs plates.

Les pots en plastique : légers, l’eau s’évapore moins vite, les pots en plastique constituent un excellent choix. Le seul inconvénient est qu’ils chauffent au soleil très vite, il faut choisir de couleurs claires, la meilleure celui-là qui imite la terre cuite. Il faut aussi penser à mettre les pots en plastique à l’ombre si le soleil est trop fort pour que les racines ne brûlent pas.

Les pots et bacs en bois : ils ont les même qualités que les pots en terre cuits, sauf que sont moins fragiles. Ils peuvent être fait sur mesure et par soi-même, mais bien choisir l’essence du bois (mélèze, pruche, cèdre…). Le bois isole les racines de la chaleur du soleil. On se méfie du bois traité.

Les pots en céramique ou en ciment : sont un bon choix. Lourdes, offrent une bonne stabilité, parfait pour des balcons en hauteur ou exposer au vent. Le ciment et la céramique n’absorbe pas l’eau, il ne faut pas beaucoup arroser. On les préfère aux pots en terre cuite.

N’emporte quel pot vous choisissaient ils doivent être claire qui n’attire pas la chaleur du soleil, sauf si vous habité au nord ou la couleur foncé vous aide, elle absorbe la chaleur.

On a choisi la texture et la couleur, maintenant les dimensions. Pour nos fines herbes le contenant d’un diamètre de 25 cm et une profondeur de 20 cm c’est correct. Le thym et l’estragon par contre préfèrent seulement 15 cm de profondeur et un plus large diamètre (40 cm min).

Tous les pots doit être percées dans le fond pour drainer. Une soucoupe un peu plus large sous le pot nous aide à voir si on a des surplus d’eau, qui doit être éliminé toute suite pour que les racines ne pourrissent pas.

Au fond du pot on met de pierres (gravier) et après la terre, on favorise un bon drainage et une bonne stabilité.

La terre. Quelle terre choisir?

Choisir le bon terreau c’est essentielle de lui dépende notre récolte. Il nous faut un terre riche en nutriments et adapter aux fines herbes qu’on désire.

Parce que on met des pots il ne faut pas choisir la terre noire ni celui de jardin, ils sont lourde et trop compacte, il n’y a pas suffisamment de l’aire entre les racines et ralentie la croissance de la plante.

D’après mon expérience la terre pour empotage est parfait, pas très cher, composer de tourbe de sphaigne, de terre minérale, de perlite et vermiculite, il représente un excellent choix. Le terre d’empotage est aérés, léger et riche en nutriments.

Si vous constater un retard dans la croissance des plantes ou les feuilles jaunit il faut ajouter un peu d’engrais. Il faut faire très attention au sort de fertilisant que vous achetez. Préférer l’engrais a dissolution lent que vous métrez une seule fois au début de la saison.

Si vous choisissez quand même le fertilisant liquide, il faut ajouter aux plantes (si nécessaire), deux fois par mois. L’engrais doit être spécifique pour les légumes, n’essayiez pas des fertilisants pour les plantes d’appartement leur compositions sont diffèrent et peuvent touer certains plantes.

Si vous constater que les racines sont compacter elles sortent par le trou du pot, ou la plante ne grandisse plus, ou elle se fane rapidement entre les arrosages, ça veut dire qu’il faut changer le pot avec un plus grand.

Quoi planter?

Moi au fils des années je essayer plusieurs fines herbes, tomates, haricots …etc.

Dans les pots les fines herbes donnent une excellente récolte. Les tomates sont très esthétiques mais ne pensées pas d’avoir une salade de tomates a chaque semaine. Les haricots aussi, il faut mettre plusieurs pots (trop pour avoir d’un repas). Vous pouvez essayer quand même.

Mes préférées les fines herbes. Je vais vous parler seulement de celles que j’ai l’expérience.

En premier il faut faire une liste avec les herbes que vous utilisez souvent dans la cuisine et la quantité qu’il faut acheter. Pour faire nos propre petites plantes directement de graines, on n’est pas encore avancer, le plus simple est d’acheter dans une bonne pépinière.

Voilà ma liste pour cette année :

4 plantes de thym, 3 plantes livèche, 2 plantes basilic, 2 plantes persil, 1 plante aneth, 1 plante menthe, 1 citronnelle.

Avec la ciboulette j’ai eu une très belle expérience avec la semence, on va voir les explications plus tard.

L’emplacement. Ou on met les pots?

Sur un balcon c’est simple, proche du mur ou dans les coins en fonction de besoin de la plante en plein soleil ou a l’ombre. Seulement la citronnelle vous le mettez a côté de la porte, aucun moustique ne va rentrer à l’intérieur grâce à elle. Dans une cour on dispose nos pots proches de la porte de cuisine.

Il faut lire les explications avec attention, parce que chaque plante a ses particularités, ses amis, ses concurrents et ses ennemis. Très attention qui mettre avec qui?

D’après mes expériences les meilleurs récoltes j’ai les eu quand chaque espèce avait son ou ses propre pots. Les voisinages des pots doit être pris en considération, il ne s’aime pas tous.

Essayer d’éloigner aussi plus que possible certain fleur qui peut nuire a une bonne récolte.

Donc dans ce période de l’année, au début de mois de Mai, on met en terre les fines herbes. Je commence avec ma préférée :

La livèche. Pour être sincère la livèches se développe mieux et résiste au gel pendant l’hiver si elle est mise directement dans la terre d’un jardin. Si on n’a pas cette possibilité, on peut la planter aussi dans un gros pot seulement que en hiver on va la perdre. Elle ne résiste pas bien dans la maison non plus. Elle aime le froid d’hiver mais pas le gel.

Le pot, ou on met, les plantes de livèches, doit être grand et profond. Minimum 40 cm de diamètre et 41 cm profondeur, vous le placer en plein soleil ou à mi- ombre. Jusqu’à trois plantes par pot de dimensions données. Le sol doit être bien humidifié. Si les plantes sont en plein soleil il faut les arroser plus souvent très tôt le matin ou le soir après le coucher du soleil.

Vous récolter les tiges avec les feuilles les plus grandes, jamais vous ne touchez aux tiges situer au cœur de la plante, ils vont pousser plus lentement. La livèche a besoin d’être pincée souvent. Si elle est bien entretenu la récolte et plus grande que le besoin. Le surplus, vous fait de petit baluchons avec les feuilles et emballer dans papiers aluminium et dans un sac de Ziploc les congeler pour l’hiver.

Le persil. Beaucoup utiliser dans la cuisine le persil se cultive facilement tout l’année.

Le pot doit avoir un diamètre de min. 20 cm et profondeur de 30 cm max. Une seule plante par pot de dimensions données. A la transplantation de petites plantes il faut faire attention aux racines pour ne pas les détruire. On met le persil dans les mêmes conditions que la livèche, sont cousin. Le persil ne doit pas être arrosé très souvent, quand la surface de terre est sèche, vous arrosez toute suite. Il faut avoir la terre humide en tout le temps mais pas en excès.

Si vous désirez ajouter d’engrais il faut le faire au début de la transplantation et le type choisi 20-20-20.

Le persil et la livèche ne les planter jamais à côté de la sauge, carotte, cèleri, panais.

La récolte, comma la livèche, le persil a besoin d’être pincé. Vous coupez les grosses tiges avec les feuilles les plus grands.

Le persil aussi est meilleur congelé que séché. Sèche il perd tout sa saveur.

Le basilic. Pour moi le basilic est une très belle découverte.

Je préfère le basilic avec de grosses feuilles que je plante dans un pot de diamètre de 25 cm et profondeur de min 30 cm. Une seule plante par pot de dimensions données. Le pot doit rester à mi- ombre, obligatoirement de couleur claire. Le basilic a soif en tout le temps. Il faut l’arroser chaque soir abondamment mais il faut faire attention de ne pas le noyer non plus. Très sensible au degré d’humidité, si vous remarquer que les feuilles commence à jaunir, poser vous les questions : J’ai le noyer ou il manque de l’eau?

Pour une belle récolte et des plantes saines il faut le pincé régulièrement. Pour le basilic vous prendrez seulement les feuilles pas la tige. Le plus grandes feuille en premier et tout suite que vous remarquez une petit bouquette des petits feuilles qui veulent se transformer en fleurs vous les enlever tout suite. Des nouveaux rameaux vont pousser en tout le temps. La plante se ramifiera. Si vous avez trop de feuilles et vous ne l’utilisez pas, fait la même chose que pour les autres, de petits baluchons et congeler.

Des premiers nuits froids d’automne vous pouvez rentrer le basilic dans la maison il va continuer pour un certain temps à vous donner de belle feuilles parfumées.

Pour la fertilisation la même chose que pour le persil.

Ne planter jamais le basilic avec ou à côté d’haricots, concombre, chou ou marjolaine. La marjolaine tue le basilic dans moins de 24 heures.

Le basilic vous pouvez le congelé comme j’ai dit plus haut, ou transformer en pesto – recette italienne excellente.

L’Aneth. La meilleure espèce d’Aneth, cuisiné souvent avec le pois et le chou, est l’espèce verte foncée.

Pour le pot, l’humidité, la récolte, tout, on respecte les conditions décrit au persil.

Ses ennemis sont : la carotte et le fenouil.

La ciboulette. La ciboulette est une plante très facile à entretenir. Si vous voulez l’obtenir directement de la semence il faut que vous sachiez que la première année elle ne sorte pas elle a besoin de dormir. L’année prochaine par contre vous obtenez une belle récolte. La ciboulette résiste excellent dans pot au gel canadien, elle ne meure pas.

Les dimensions du pot 30 cm diamètre et 30 cm profondeur. Plusieurs plantes par pot. Récolter au fur et à mesure que vous avez besoin; vous couper avec des ciseaux. Grosse récolte vous pouvez la congeler aussi.

Ses ennemis : pois et haricots.

La menthe. Que c’est bon en été de l’eau bouillante avec quelques feuilles de menthe fraiches; ou des boissons réfléchissantes avec des feuilles de menthe comme arome délicate.

La menthe, c’est une plante qui pousse vite et envahit le terrain. Pour ça c’est meilleur de la cultiver dans un pot.

Les dimensions du pot : diamètre de 25-30 cm min. et profondeur 25 cm. Une seule plante par pot de dimensions données. Le pot vous pouvez le positionner en plein soleil ou mi- ombre. Pour favoriser les feuilles couper les fleurs toute suite qu’elles essaient de sortir. Coupez fréquemment les tiges pour que les rameaux ne deviennent pas dures. Fertiliser comme le persil si nécessaire.

Ses ennemis : la camomille.

Mes espèces favorites sont la menthe verte et la menthe poivrée. A mi- été il faut couper la plante à ras sol. Les tiges garder les comme les fleurs dans un verre d’eau fraiche. Ils peuvent être congelée ou séchée.

Le thym. Le thym l’espèce original pas la citronnée, je le plante en quantité « industrielle ». Dans un extra gros pot de 45-50 cm en diamètre, la profondeur peu emporte au moins 20 cm, je dispose mes petits plantes en cercle à mi-distance entre le centre et le mur.

Le pot peut rester en plein soleil. Il faut arroser au moment quand la terre a séchée complètement. Vous récoltez au fur et à mesure que vous avez besoin. Le thym n’a pas besoin de soins spéciaux.

En automne vous couper tous les tiges, vous formez de bouquettes, attacher avec de petits cordes et vous les accrocher dans la cuisine ou garde-manger (dans un endroit sèche et propre) pour sécher. Vous avez du thym tout l’hiver.

La citronnelle. La citronnelle est une plante qui pousse vite et très en hauteur, vous avez besoin d’un bâton en bois pour l’attacher.

Le pot doit avoir des dimensions : 30 cm de diamètre min. et 40-50 cm profondeur. Vous placer le pot toujours à côté de port du balcon ou patio, les moustiques ne rentreront plus chez vous.

Vous récolter les feuilles et les utiliser souvent avec du poisson au four. Pour l’hiver vous pouvez séchée les feuille sur des papiers propre.

Comme règles générales, il faut arroser les plantes toujours à soir, après le coucher du soleil ou très tôt le matin. L’eau qui tombe sur les feuilles, à le temps de s’évaporer jusque les premiers rayons de soleil font leur apparitions. Il ne faut pas que les feuilles des plantes ont de gouttes d’eau sur leur surface en plein soleil, l’eau va réagir comme une loupe et va bruler la feuille.

Vous devrez changer la terre dans les pots à chaque 3-4 an même si vous l’avez fertilisé les autres années. Il s’épuise, c’est ne pas la même chose que un jardin.

D’une année à l’autre ce mieux de garder le même pot pour la même espèce de fine herbes, ou vous pouvez faire une rotation de culture mais, vous fait attention quel plante s’aime avec qui …

Chez nous Montréal depuis quelques années c’est une vrais mode de faire de nos balcon des vrais jardins urbaines ou sur le terrasse des bâtiments. Il y a au centre-ville de vrais jardins potagers avec de belle production sur les hautes terrasses de gratte-ciel.

Bon jardinage !

Si vous aimez, laissez moi savoir ... merci !!!