SALON DU LIVRE DE MONTREAL

 

Mercredi le 19 novembre à la Place Bonaventure a commencé la 37e édition du Salon de livre de Montréal.

Pour nous le grand public c’est aujourd’hui que commence la belle visite. Des rencontres intéressantes, des dédicaces, des conférences.

Je vous donne ici une petit liste avec l’horaire de dédicaces des auteurs que vous avez trouvez dans mon site comme choix de lecture ou au club.

Dans un ordre aléatoire.

 

LISE AUBUT

« Édith Butler »

Vendredi 21.nov : 18-20h

Samedi 22.nov : 10.30-12h; 13-15h

 

JOHANNE SEYMOUR

« Crime à la librairie » et « Wildwood »;

Vendredi 21.nov : 14.30-15.30h; 16-17.30h

Samedi 22.nov : 13.30-15h

 

MARIE LABERGE

« Mauvaise fois »

Vendredi 21.nov :19-20.30h

Samedi 22.nov : 14-15.30h

Dimanche 23.nov : 14-15.30h

 

BOUCAR DIUF

« Les essentiels en littérature »

Dimanche 23.nov : 12h

 

RICHARD STE-MARIE

« Crimes à la librairies » et « Repentir(s) »

Vendredi 21.nov : 14.30-15h; 15-16h; 19-20h

Samedi 22.nov : 10.30-12h; 13-14h

Dimanche 23.nov : 10.30-12h; 13-14h

 

MARC LEVY

« Une autre idée du bonheur »

Samedi 22.nov : 14-15h

 

Si vous avez besoin de plus d’informations consulter le site officiel du Salon a : www.salondulivredemontreal.com

 

On se voit là-bas …

LA SEMAINE - NEW BRUNSWICK 

JOLIS MOTS # 40

INSTANT # 56

  • MOTS LIENS

    Je parle, j'écris, ... quelque part il faut les ramassé ...

  • RECETTES

    mmm !!! ... toujours les même plats? … ici vous trouvez des nouveaux idées. Conçu spécialement pour les débutants.

  • INSPIRATION PHOTOS

    Photos d'instants passé ... images qui m'ont plu ... des super couleurs

(Appuyé sur les mots en rouge, ils vont vous guidé  vers les pages souhaitées.)

HOPEWELL ROCKS – BAIE DE FUNDY

 

Au sud de New Brunswick, il y a 100 milliards de tonnes d’eau qui rentre et sort deux fois à chaque 25 heure dans l’entonnoir qui représente la Baie de Fundy.

C’est magique !

Les marées sont ici les plus puissantes du monde, leur hauteur varie en fonction de la position que le Soleil et la Lune prennent chaque jour. Elle son tellement hautes que peut dépasser un bâtiment de quatre étages.

L’eau et le vent ont érodé pendent de milliers d’années les roches sédimentaires exposer sur le bord. Aujourd’hui, on peut admirer, des sculptures étonnantes en pots de fleurs, qui avec leur formes et tailles, nous téléporte dans une monde de rêves surnaturelle.

Pour admirer le tableau qui créent les roches il faut arriver après-midi vers la clôture du parc. Le monde se retire déjà. La plage est à nous. La sensation de seule au monde est très puissante.

L’eau se retire plus vite que 1 m dans un minute, la plage s’élargie a vu de l’œil, le Soleil commence sa descente, il va se coucher en arrière des roches. A l’horizon la forêt brule de tous les feux d’automne.

C’est magique !

Je me sens ailleurs. Je ne veux pas quitter cette place, ni les roches, ni les grottes crée par l’eau, ni le sable gris, humide … Je ne sais pas quoi photographier en premier. L’inspiration du moment, … le contrejour, les formes des pots se détache du paysage. On voit des visages par tout, un ouragan, un chat et même une gigantesque botte.

La nuit nous a encerclés; il n’y a aucun son … seules au monde, le détachement de cette merveille est difficile. La plage est de plus en plus grande. Le Soleil est presque parti.

Le retour est oppressant (pour moi) les ombres de la forêt hante mon imagination fertile. Je vois partout des loups blancs. Je n’ai pas le temps de penser à la fatigue ou au fait que j’ai marchée trop vite pour ma condition physique. Je pense seulement que la Lune pouvait faire une exception ce soir-là, et sortir dans toute sa splendeur pour illuminer la forêt et mon chemin.

Ce n’était pas le cas.

Arriver dans l’auto 30 -40 minutes plus tard, je ne me rappel pas exactement, je me suis bien verrouiller et les loups blancs on disparut.

Visitez la place le plus extraordinaire au Canada – HOPEWELL ROCKS !!!

  • A PROPOS DE MOI

    Vous voulez me voir, vous trouvez ici quelques détails.

  • JOLIS MOTS

    En me promenant entre les page des livres, je trouve des mots qu'ils m’interpelle, ils sont la.

  • MOTS ET LIVRES

    Je vous propose de lire ... un livre par mois ... suivi d'un résumé a la fin.

CHOIX DE LECTURE – EDITH BUTLER

de Lise Aubut

 

« Cette biographie écrite au « je », vous fera découvrir l’évolution de ma conscience, l’apaisement de mon âme, mais surtout, les valeurs de mon cœur. »

Édith Butler

 

Je vous ai parlé beaucoup ici de New Brunswick. Des acadiens, de leur déportation, de la préservation de la langue français.

Cette semaine je vous propose à lire le roman biographique d’Édith Butler écrit par Lise Aubut. Sa biographie est la biographie de l’Acadie pendant et après la deuxième guerre mondial, le présent.

D’un charme extraordinaire la plume de Lise Aubut nous transport dans un autre monde. Les histoires se succède un après l’autre, joyeuses ou tristes mais vrais. Cette vérité nous touche et nous fait réaliser la lutte de survie des acadiens, les francophones de New Brunswick. Une lutte pour la vie et pour une langue qui ne voulaient pas la laissait s’éteindre.

En lisant ce livre, on devient tous pour un moment, des acadiens …

Acadie, Paquetville , 1942. Le père est partie à la guerre, la mère habite la maison d’oncle Alexis quand Édith vient au monde, « déjà incapable de m’exprimer autrement, je hurlai dès le commencement … » 

Elle fait connaissance avec son père à l’âge de 8 mois, après un voyage périlleux en Nouvelle-Ecosse à Sydney. L’amour a était instantanée et a durer une vie.

Ses premières années de sa vie, Édith les passe en Labrador (Gander) dans une maison en partage avec une autre famille anglophone. C’est pour ça que ses premiers mots sont en anglais.

C’est le temps de la guerre. La peur est partout et les sous-marins allemands pareille.

L’âge d’un an la fête à Mont-Jolie ou son père a été muté. Bébé et sa mère le suit partout ou lui est affecter par l’armée. La fin de la guerre arrive et tous les trois vont à Halifax en traversier pour participer à la fête de la victoire. La fête grandiose dégénère et sont obligés de quitter la ville en hâte. Depuis, Édith évite les villes, noyaux de dangers.

La souffrance, la déportation, l’humiliation que les Acadiens on vécut au New Brunswick, tout, est décrit avec assurance et réalisme. Elle nous emporte dans le village d’antan avec les coutumes des divers personnages, tantes, oncles grands-parents …  Le tableau est magnifique.

Tante Onésime construit sa maison tout seule, tante Marie conserve chacun des cheveux qui tombe de sa tête, Elizabeth sa grand-mère connait la douceur vers la fin de sa vie, chose qui lui produit des souventes accès de larmes … Oncle Frank « ayant aperçu une main s’élever au bout de son lit, il a pris son fusil et s’est tire dans le pied », oncle Wilfred affirme que sa femme a tellement parlée pendant sa vie que même après sa mort son dentier continuait de claquer …

Des images d’une tristesse inouïe nous sont présentées comme ils font souvent partie de cette vie. La vente de pauvres, des hivers tuantes, des bébés morts de froid dans leur boite de carton, homme et cheval partagent la cabane pour se chauffer …

De la petit école au pensionnat, l’université  et plus tard la carrière d’une grande artiste, la vie de Édith Butler est le tableau vivant d’une époque.

« Dans mon esprit, cette mise en commun de nos cultures et de nos idéaux fit naitre non seulement la confiance, mais aussi la certitude que l’on pouvait vivre sa culture où que l’on soit. » 

 

Bonne lecture !!!

 

Dans la Baie de Fundy au New Brunswick - les pots de fleurs gigantesques montrent leur beauté naturelle au coucher du Soleil; admire-les !

 

 

LES FAVORITES DU SITE

  • CHOIX DE LECTURE

    Vous ne savez pas quoi lire? Aller dans cette rubrique vous trouvez un livre qui vous plaira.

  • MES MOTS

    Des essais ... des sujets ... d'histoires ...

  • VOYAGES CANADA

    Voyagez a travers le Canada

INSTANT # 55