Weekend a Ottawa

Joli mot # 137

« … si vous ne savez pas grand-chose -eh bien, personne n’en sait beaucoup plus. Et personne ne sait la moitié de ce qui concerne vos propres intérêts. »

Francis Scott Fitzgerald

(Un livre a soi)

Weekend Inspiration # 49

Les bonnes manières

Où est partie la politesse ? Et le respect ? Ou, je ne sais pas, mais elles deviennent invisibles de plus en plus.

Femmes enceintes, personnes âgées, enfants en bas âge se font bousculer en autobus ou métro plutôt que de se faire offrir une place. La vue d’une personne âgée engendre chez les passagers un comportement étrange : dès qu’elle se fait remarquée la plupart d’entre eux baissent subitement la tête pour se perdre dans la contemplation de leurs cellulaires intelligents.

Tenir la porte à quelqu’un c’est du domaine de SF à Montréal. Combiens de mère avec leurs poussettes doivent lutter avec un porte en fer massif, pour passer de l’autre côté. Heureusement dans les nouveaux bâtiments de plus en plus les portes sont électriques, on appuie sur un bouton et hop ! la porte s’ouvre avec des mouvements feutrés.

Plus on vieillit plus on devient critique et on se met en colère. La colère nous amène à devenir de même que le malotru en face de nous. Il faut se calmer, pensé et ne pas réagir qu’en cas de force majeur. On ne peut pas transformer par exemple un Monsieur musclé goujat en gentlemen accompli.

Les attitudes déplaisantes de la parte du personnel qui offre de services, que c’est dans les magasins, hôpitaux ou tout autre endroit, on peut les répliquer avec un vague onde d’ironie et une voix calme et posée. On les appels par leurs noms (qui peut figurer sur leur uniforme) et des faux compliments genre : « Merci vous êtes aimable ! » C’est une manière gentille de lui indiquer que son comportement manque de savoir-vivre. Et peut-être à la prochaine on va être servi avec le sourire !

Le plus enragent je trouve c’est l’impolitesse au volant. A Montréal tout devient de plus en plus une jungle. Les signes de circulation sont plus respecter, il n’y a que rage et mal d’être. Qu’est-ce qu’il nous manque ? … à sauter un sur l’autre comme en Europe de l’est, mais ça va venir si on va continuer de la même manière. La courtoisie au volant a disparu complètement dans la grosse métropole et aux environs. Dans une telle situation, il n’y a hélas pas grand-chose à faire.

Je reçois beaucoup d’email au travail et il y a certains dans lesquelles la formule de salutation manque. C’est désagréable et malpoli. Écrire un « Bonjour ! » ne prend pourtant que 3-4 secondes, toutefois souvent elle est oubliée. C’est une mauvaise habitude qui se répand. Si nous par contre on répond à l’email avec une formule courtoise et chaleureuse, notre correspondant va prendre conscience de la froideur de son courrier par rapport au notre.

Au restaurant qu’est-ce que je ne suis pas capable de supporter, c’est que les convives regardent à chaque seconde leurs cellulaires, textes … twitte … Facebook …. ça me donne l’impression de ne pas être assez importante pour elle, lui, eux….pour qu’il m’accorde leurs attentions. Même si j’ai envie de mordre (et pas qu’est-ce que j’ai dans l’assiette) je ne deviens pour autant méchante. Dans le dernier temps ça m’ai arrivé, avec la copine de mon beau-fils, et pas une seule fois de lui parler en face et elle de tourner la tête ailleurs vers la télé, vers une autre personne. Un tel manque d’éducation rarement il m’a été donné à voir. Même quand j’ai essayé de lui faire comprendre elle n’écouter pas.

Puis on va finir avec le tutoiement. Je suis arrivé à un âge quand ça me choque énormément de voir des jeunes à qui le tutoiement se répand comme la peste. Moi personnellement que tu as 20 ans ou 80 ans, je te vouvoie certains si par exemple tu n’es pas ma fille ou mon MAC … S’adresser à une personne qui dépasse 40 ans avec tu je trouve que c’est un peu un manque de respect. Et je ne vous dis rien de comment je vois rouge si un colon m’appelle « ma petit madame ».

Toutefois si on se compare avec d’autres places en Europe on n’est pas si mal à Montréal Sauvage

Andreea en Europe – Barcelone Jour 6

Chaud, soleil, on dirait plus beau que hier. Et qu’est-ce qu’il marche mieux avec la chaleur ? … un parc … un cactus … On ne parle pas de petits plants dans un pot, mais des arbres gigantesques de cactus qui te donne l’impression d’être une fourmi entre les fils d’herbe.

Le paysage est saisissant, en arrière-plan la mer Méditerrané avec les bateaux de croisière, et proche les pics titanesque …

Quand V. et Andrei notre hôte se sont arrêté pour faire de photos, moi je me suis assis confortablement à l’ombre sur un banc, suivant du regard les perroquets dans les palmiers.

La prochaine arrête, le Musée de Science Naturelle Cosmo Caixa, où on a passés notre temps jusqu’après six heures. Remarquable. Beaucoup des démonstrations interactives des lois physiques et optiques, beaucoup des animaux vivants. La plus impressionnante a été la forêt amazonienne inondée où à travers une grosse fenêtre, j’ai pu admirer les animaux dans leurs milieux naturels, dans l’eau et sur la terre ferme en même temps.

A la sortie de cette merveille, parce-que le soleil été encore sur le ciel, on est allé au centre commercial. Pour le soupé on acheter du poisson et avec les dernières forces on se traîner jusqu’à l’appart. Je pense qu’on va avoir besoin d’une mini vacance de resourcement après ce congé en Espagne :-)

Va suivre … 

Bluenose II

Joli mot # 136

« Pourquoi est-ce que la réalité ne peut pas être aussi belle que nos vacances ? Pourquoi le quotidien doit-il forcement être monotone ?

Richard Christiansen

Garniture au sauce verte

Chercher moi .... plat principal

INSTANT # 98